Les énergies renouvelables en expansion au Burkina Faso - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Les énergies renouvelables en expansion au Burkina Faso

Partager

Les énergies renouvelables en expansion au Burkina Faso

 


AGM/      Au Burkina Faso, moins d’un million de personnes sont connectées au réseau électrique et la pénurie d’approvisionnement touche également des institutions comme les écoles. Pour y remédier, le pays investit désormais dans des sources d’énergie renouvelables.


À Zagtouli, au sud-ouest de Ouagadougou, la plus grande centrale solaire d'Afrique de l'Ouest et la première du Burkina Faso est créée récemment.



Située à une quinzaine de kilomètre de la capitale, financée par l'AFD (Agence Française de Développement) et l'Union européenne, cette centrale dernier cri permettra de produire environ 5% de la consommation du pays.


Aujourd’hui au Burkina Faso, les panneaux solaires peuplent de plus en plus le décor des campagnes du Sahel.  Il faut dire que le taux d'électrification du pays est très bas… La Sonabel (Société Nationale d’électricité du Burkina Faso) le reconnaît volontiers : « On arrive à 22 % de ménages raccordés à l'électricité, avec l'aide de l'Aber (l’Agence Burkinabé d’Electrification Rurale) et des réseaux électriques tirés du Ghana, du Nigeria et de la Côte d'Ivoire », explique son secrétaire général, Daniel Sermé. La capitale n'est électrifiée qu'à 60 %, laissant environ 40 % des ménages dans une situation bien inconfortable.


D’après le site Energies-renouvelables, si la carte énergétique fournie par la Sonabel donne l'impression de quadriller presque la totalité du pays, ce sont encore 78 % des Burkinabés qui attendent d'y être raccordés. L'explication à cela ? « Un investissement trop important pour un taux de rentabilité trop faible », résume simplement Daniel Sermé. Ce n'est pourtant pas faute de renouveler son parc énergétique, avec des centrales hydroélectriques, thermiques mais aussi solaires.


Bertrand, électricien dans la ville souligne « que la plupart des personnes ont leur panneau, en plus de leur connexion au réseau classique. Depuis environ sept ans, on s'y est mis. Il y a souvent des délestages, ça permet de compenser », résume-t-il.


L'énergie solaire pour les particuliers, c'est la spécialité de Marcellin Drabo, créateur de Africa Energy Solaire (AES), fondée en 2006. La petite entreprise de 17 employés équipe des ménages en panneaux solaires, batteries au lithium, pompage solaire pour l'agriculture, dans tout le pays. C'est le « meilleur moyen de développer l'Afrique en milieu rural », explique son patron. Ils ont mis en place un système qui permet aux maisons équipées de panneaux d'injecter l'énergie solaire dans le système classique, afin de ne pas utiliser le réseau de la Sonabel tant qu'il y a du soleil. En cas de délestage, la maison récupère ce qu'elle a injecté, de sorte qu'à la fin du mois seule la redevance du compteur reste à payer.


Pendant ce temps, AES s'engage à entretenir les batteries et les panneaux et à les remplacer en cas de problème. Trois options à coûts variables sont proposées, avec un investissement de base entre 100 000 (150 euros) et 200 000 (300 euros) francs CFA. Ensuite, le tarif est dégressif d'année en année.


L'endroit le plus éligible du Burkina Faso à cette technologie est le nord du pays. Le Sahel bénéficie d'un fort ensoleillement, idéal pour l'énergie solaire, explique Marcellin Drabo d'AES. Beaucoup de ses clients s'y trouvent.


Penda DJIGO/AGM

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here