Afrique du Sud: des maisons construites grâce aux gravats et débris de bâtiments - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Afrique du Sud: des maisons construites grâce aux gravats et débris de bâtiments

Partager

Afrique du Sud: des maisons construites grâce aux gravats et débris de bâtiments



AGM-Afrique du Sud  En Afrique du Sud, des centaines de milliers de baraques forment des agglomérations dans les townships. D’après agenceecofin, ces habitations exigües exposent près de 10 millions de Sud-Africains pauvres aux incendies, inondations et aux problèmes de salubrité. La situation s’est particulièrement aggravée en période de pandémie, la configuration des townships rendant difficile l’application des mesures barrières. Pour éliminer ces dangers quotidiens, les entrepreneurs proposent des maisons en briques, des solutions rapides et peu coûteuses pour aider le gouvernement dans ses programmes de logement.


Nhlanhla Ndlovu offre des options de logement abordables et durables. Son entreprise Hustlenomics, contribue non seulement au développement urbain des townships mais aussi à créer une nouvelle économie circulaire dans le secteur du bâtiment en recyclant les débris de construction. Toutefois, son entreprise doit encore faire face à une rude concurrence de la part d'autres constructeurs. Pour se démarquer, il a choisi un modèle économique basé sur le recyclage de gravats, ce qui lui a permis de baisser les prix et de séduire une plus grande clientèle, grâce aux structures abordables et écologiques.

Les briques ressemblent à celles de Légo cela permet d’utiliser 70% de ciment en moins. Le client peut ainsi économiser jusqu’à 30 % en budget de construction.


Il fabrique ses briques à partir de gravats et des débris de bâtiment qu’il recycle, il n’a pas besoin de sable il n’a pas besoin non plus de faire sécher ses briques au feu.


Les débris de construction posent de nombreux soucis environnementaux majeurs à Johannesburg de nombreuses entreprises se débarrassent des gravats illégalement sans payer des taxes des traitements de déchets. D’après Nhlanhla Ndlovu, mon plan est de former les gens et surtout les femmes qui vivent ici sur cette mode de construction écologique. Il faut les donner les compétences pour qu’ils construisent leur propre structure, cela permet de remplacer leur baraque en tôle.


Beaucoup de gens vivent de la collecte des déchets, ils ramassent et collectent tous les déchets. Nous, nous nous chargeons de ce qui suit nous trouvons une utilisation de ses déchets, nous réparons des routes, nous en faisons du compost et nous redistribuons aussi des déchets aux organisateurs qui les utilisent, selon Nondumiso Sibiya fondatrice de la start-up Boombadotmobi.

 


Penda DJIGO / AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here