Comment nos cheveux peuvent-ils dépolluer la mer ? - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Comment nos cheveux peuvent-ils dépolluer la mer ?

Partager

Comment nos cheveux peuvent-ils dépolluer la mer ?



AGM-France   Thierry Gras, un coiffeur et styliste installé dans le sud-est de la France en coupe 29kg par an mais au lieu de les jeter à la poubelle il les récupère afin de contribuer à la protection de la mer. Ses collègues lui envoient des sacs de cheveux coupés, avec environ 1 à 2 kg de cheveux dans chaque sac ce qui représente en moyenne 220 à 230 coupes par coiffeur dans le seul but de lutter contre la pollution des eaux. Les cheveux arrivent à retenir les hydrocarbures en mer et tout ce qui est produit gras. Les cheveux peuvent être lavés et réutilisés plusieurs fois après la récupération des hydrocarbures.


Thierry Gras
D’après avise-info, c’est en 2015 que Thierry Gras, décide de créer l’association « Coiffeurs justes » qui a pour vocation de s’occuper de l’écologie dans les salons de coiffure, avec l’installation d’économiseurs d’eau et d’électricité et surtout la récupération des cheveux pour les retraiter.  



Les coiffeurs sont les ambassadeurs de ce mouvement solidaire qui met à bas toutes les compétitions entre salons et remet le métier de coiffeur en valeur : il devient un dépollueur, explique Thierry Gras.





Déjà, l’association « Coiffeurs justes » compte 1 300 salons adhérents en France et monte en puissance avec actuellement 100 adhérents par semaine. Elle est en lien avec l’association américaine Matter of Trust et intéresse aussi des salons en Suisse, en Belgique, en Espagne, en Italie, en Allemagne, qui souhaiteraient adhérer au projet.


Grâce à leurs qualités (solidité et absorption d’huiles), les cheveux sont utilisés comme barrières anti-pollution dans les bassins de rétention au bord des routes et des autoroutes, dans les zones industrielles, dans les ports selon le site Europe1.  Un projet est ainsi à l’étude dans les Calanques de Marseille pour récupérer les huiles solaires. Deux méthodes sont employées pour la fabrication des filtres anti-pollution:

  • soit les cheveux sont bourrés dans des collants qui leur permettent de flotter ;
  • soit ils sont tissés grâce à une machine, ces filtres anti-pollution, font 46 cm de longueur sur autant de largeur et 2 cm d’épaisseur. Ces filtres sont notamment destinés à des garages automobiles ou aux pompiers.


Ces filtres sont lavables et réutilisables  6 à 10 fois et après la dernière utilisation, les cheveux serviront d’isolant sous les carrelages, dans des murs ou sous forme de tapis, souligne Thierry Gras. Déjà 5 tonnes de cheveux ont été récupérées par « Coiffeurs justes ». Pour rappel, 3 000 à 4 000 tonnes de cheveux sont coupées chaque année en France.



 Penda DJIGO/AGM

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here