12% des enfants meurent de la pneumonie au Sénégal - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

12% des enfants meurent de la pneumonie au Sénégal

Partager

12% des enfants meurent de la pneumonie au Sénégal



AGM-Sénégal      Les chiffres sont là et les résultats sont tragiques, en 2018, la pneumonie a tué un enfant de moins de cinq ans toutes les 39 secondes, selon l'Organisation mondiale de la Santé. Cette maladie respiratoire qui touche les poumons peut être causée par des bactéries ou des virus. Considérée comme une tueuse d'enfants et une épidémie oubliée par plusieurs organisations de santé, la pneumonie emporte, chaque année, plus de 2800 enfants sénégalais, soit 12% du nombre total de décès chez les moins de 5 ans. 


Avant tout détail, retenons que la pneumonie est une infection des poumons causée le plus souvent par un virus ou une bactérie. Cette infection touche précisément les alvéoles pulmonaires, ces minuscules sacs en forme de ballons situés à l’extrémité des bronchioles. Elle touche généralement un seul des 5 lobes du poumon 3 lobes dans le poumon droit et 2 dans le gauche, d’où le terme pneumonie lobaire. Lorsque la pneumonie atteint aussi les bronches, on l’appelle bronchopneumonie.


Pour le cas du Sénégal, selon le docteur AISSATOU DIOP chef de la division suivie de l’enfant « le grand problème de la pneumonie c’est le retour tardif aux soins mais le traitement est disponible du niveau communautaire jusqu’à l’établissement public de santéCausée par des virus, des bactéries ou des champignons, la pneumonie peut être évitée par la vaccination, la nutrition adéquate et en tenant compte des facteurs environnementaux », a-t-elle précisé.


Sur les décès d’enfants de moins de 5ans au Sénégal, la responsable de la division survie de l’enfant a souligné que 45% d’entre eux perdent la vie durant leur premier mois de naissance, 12% meurent de pneumonie avant 5ans et 8% décèdent de diarrhée. « C’est l’allaitement maternel qui protège l’enfant de la pneumonie et au-delà, pour mettre en garde les enfants, il faut qu’ils soient bien alimentés en plus de l’allaitement maternel jusqu’à deux ans », a préconisé Eugénie Niane de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). 


La pneumonie est présente partout au Sénégal. Mais, il y a des régions plus vulnérables comme Thiès suivie de Dakar, Kaffrine et Kolda. Du fait de déterminants liés au secteur de la santé. Mais aussi d’autres comme le manque de moyens, le recours tardif aux soins ou certaines pratiques traditionnelles qui causent des complications. Les facteurs de risques de la pneumonie sont l’inhalation de liquide, les produits toxiques, les moisissures, la poussière, la pollution de l’air intérieur par promiscuité et le tabagisme passif.


Le Sénégal ne demeure pas le seul pays toucher par cet agent destructeur, plusieurs pays comme le Bangladesh, l’Inde, le Kenya, l’Ouganda et la Zambie sont aussi très touché par cette maladie. Mais nombreux ont élaboré des plans aux niveaux national, des états et des districts pour intensifier les mesures de lutte contre la pneumonie et la diarrhée.


Bien d’autres ont intégré des mesures spécifiques contre la diarrhée et la pneumonie à leurs stratégies nationales de santé de l’enfant et de survie de l’enfant. Dans nombre de pays, l’une des priorités explicites du programme de l’après-objectifs du Millénaire pour le développement est de mettre un terme aux décès évitables imputables à la diarrhée et à la pneumonie.

 

KENGUE Cindy
Journaliste Stagiaire/AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here