LE RHINOCÉROS NOIR, UNE ESPÈCE EN DANGER CRITIQUE D’EXTINCTION - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

LE RHINOCÉROS NOIR, UNE ESPÈCE EN DANGER CRITIQUE D’EXTINCTION

Partager

LE RHINOCÉROS NOIR, UNE ESPÈCE EN DANGER CRITIQUE D’EXTINCTION



AGM/    Étant un mammifère périssodactyle appartenant à la famille des Rhinocérotidés, le rhinocéros noir est recensé comme espèce en voie de disparition.  Cela est dû à l’extinction accéléré de son habitat naturel et au braconnage. Autrefois, le rhinocéros noir était le plus rependu de tous et occupait la plus grande partie du continent africain.  Mais aujourd’hui, il ne serait plus que 5000 à l’état sauvage.


Selon la dernière évaluation d’UICN effectué le 14 janvier 2020, le rhinocéros est inscrit dans la liste rouge des espèces menacées.  Il est classé de CR selon les critères A2 en raison de l’ampleur du déclin des effectifs autours des trois dernières générations du fait du braconnage intense des années 70, 80 et début 90. Il y a trois générations, l’estimation ponctuelle pour les rhinocéros noirs était de 37807, et malgré un nombre plus que doublé d’un minimum de 23540 seulement 5495 ont été recensé à la fin de 2017. Cela représente une baisse de 85% sur trois générations.


Le mot rhinocéros vient du grec rhinos (nez) et keras (corne) car il porte une ou deux cornes sur le nez. Les rhinocéros sont du même ordre que les chevaux, et les tapirs : ils barrissent. De son nom scientifique Diceros bicornis, cette espèce peut mesurer environ 290 à 310 cm et peut également peser 900 à 1 300 kg. Le rhinocéros noir est en effet recensé au Kenya, au Namibie, en Afrique du sud, au Swaziland, en Tanzanie, au Zimbabwe, en Zambie, au Botswana etc. Il se reproduit parfois tous les 2,5 à 3,5 ans. Sa période de gestation varie entre 15 et 18 mois pour donner naissance à un seul petit.


Selon les critères A2 abd+4A bd, le nombre de rhinocéros noir a plus que doublé depuis le creux de la vague au milieu des années 1990 (en raison d’une protection accru et d’une gestion biologique améliorée). Actuellement, le WWF pour la protection des rhinocéros noir mène un travail afin d’élargir les territoires protèges et en créer de nouveaux. Ils contribuent également à la lutte contre le braconnage et à l’amélioration des lois de conservation afin de limiter le commerce illégal des espèces sauvage. Malgré les chiffres inquiétants, ces efforts intenses ont tout de même contribué à la croissance de la population du rhinocéros noir, qui est passé de 2410 animaux en 1995 à 4880 en 2010.




DACOSTA Amélia. A

Journaliste AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here