GUINEE BISSAU : UNE TERRE D’AVENTURE POUR L’ECOTOURISME EN AFRIQUE - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

GUINEE BISSAU : UNE TERRE D’AVENTURE POUR L’ECOTOURISME EN AFRIQUE

Partager

GUINEE BISSAU : UNE TERRE D’AVENTURE POUR L’ECOTOURISME EN AFRIQUE



AGM-Bissau    Bordé par le Sénégal, au nord, et la Guinée, au sud, la guinée Bissau comprend un archipel d'une centaine d'îles et abrite une population d’environ 1,8 million d'habitants. L’agriculture est le pilier de l'économie dans ce pays d’Afrique de l’Ouest où deux cultures y dominent : celle du riz, pour la consommation nationale, et la noix de cajou qui génère 95% des exportations.


La Guinée-Bissau, ancienne colonie portugaise, est aujourd'hui une république d'une grande diversité culturelle. Balantes, Peulhs, Mandingues, Manjaks, Papels, Beafadas, Mankagnes et Bijagos cohabitent pacifiquement dans le pays. Malgré tout, l’écotourisme peine à se relever à cause de l’instabilité politique qui a provoqué des déplacements de la population et entravé la croissance et les efforts de lutte contre la pauvreté.

Les contraintes…

Selon le journal lemonde, la guinée Bissau a été touchée par une violente guerre civile entre 1998 et 1999, des coups d’Etat ou des tentatives de putsch incessantes et une économie gangrenée par le narcotrafic. Tout de même, elle espère avoir trouvé sa planche de salut dans le tourisme indique des représentants, déterminés, de l’Office du tourisme de ce petit pays lusophone situé juste sous la Casamance sénégalaise. Peu de monde se bousculait pourtant sur leur stand au parc de Versailles. Très loin des millions de visiteurs annuels avides du soleil marocain, environ 40.000 touristes ont tenté l’aventure en Guinée Bissau en 2015, selon des chiffres de la Banque Mondiale.

Le potentiel…

Les guides de voyage touristiques se font rares en Guinée Bissau, pays encore peu touristique. Mais les nouvelles technologies de l’information et de la communication ont permis d'avoir plus d'informations sur le pays et l'archipel des Bijagos, principal attrait de la république de Guinée-Bissau. Dans cette réserve naturelle de biosphère, la diversité de la flore et de la faune en fait l’un des plus beaux sites d’observation de l’Afrique de l’ouest. Cette ile est un important site de nidification des oiseaux migrateurs en Afrique, véritable vivier d'étude pour les ornithologues, l'archipel des Bijagos abrite plus d'un million d'oiseaux aquatiques. On dénombre plus de 130 espèces d'oiseaux migrateurs qui viennent s'y reproduire chaque année en provenance principalement d'Europe du Nord ou de Sibérie. Ainsi, on peut y observer des pélicans, spatule, ibis, aigle-pêcheur, sterne caspienne, aigrette-des-récifs, limicole, flamand-rose, jabiru du Sénégal, héron Goliath entres autres. Réserve de biosphère depuis 1996, l’archipel des Bijagos offre une végétation sauvage luxuriante et variée, différente d’une île à l’autre et propice à la vie autarcique des populations locales.


L’ancienne directrice guinéenne de la communication du tourisme Carla Maria, avait annoncé dans un entretien que la Guinée-Bissau a un « grand potentiel touristique avec une belle diversité de faune sauvage, des longues plages de sable blanc, des mangroves ». « L’archipel des Bijagos offre des paysages magnifiques ! », ajoute-t-elle, avant de concéder avoir quand même « besoin d’investissements étrangers pour développer le tourisme et gagner en visibilité ».

Différents sites à découvrir dans l’archipel

Au sein de cet archipel des bijagos, l’îlot privé de Kere est le paradis de tous les baigneurs avec sa plage de sable fin en pente douce. Cet ilot possède aussi des réserves naturelles attractives couvertes d'arbres majestueux où l'on peut observer oiseaux et poissons. Entre terre et eau, la Guinée-Bissau abrite de nombreux animaux qui jouissent d'un écosystème préservé.



Le Parc National Marin de João Vieira Poilão constitue le site de ponte le plus important de toute la façade occidentale de l’Atlantique pour la tortue verte "Chelonia mydas". Le parc, constitué de quatre îles (dont l'île sacrée de Poilão) et trois îlots est un site majeur pour la reproduction des trois espèces de tortues marines ("chelonia mydas", "eretmochelys imbricata", "lepidochelys olivacea") qui la fréquentent. Il attire également de nombreuses espèces d'oiseaux piscivores qui viennent s'y reproduire. Enfin, ce site abrite aussi deux espèces de dauphins (dauphin à bosse Sousateuzsii et grand dauphin Tursiops truncatus) ainsi que des poissons variés (carangues, vivaneaux, requins).


Créé en 2008, le Parc National de Cantanhez s'étend sur 104767 ha au sud-ouest de la Guinée Bissau. Il abrite l’un des derniers massifs de forêt subhumide de l'Afrique de l'Ouest. On y croise des singes dont le plus représentatif est le chimpanzé qui côtoie aussi plus rarement le colobe magistrat, l’éléphant, le léopard, le buffles de forêt, le pangolin, le potamochère, l’antilope, ainsi que de nombreuses espèces d’oiseaux. On peut aussi y croiser des dauphins et des lamantins puisque sa zone côtière est assez importante, couverte de mangroves et arrosée par deux grands fleuves.



Le Parc Naturel d'Orango, situé au sud de l'archipel des Bijagos, est une réserve à la faune très diversifiée grâce à ses mangroves et ses lagunes, ainsi que ses savanes et palmeraies sur la partie terrestre. On y retrouve le très rare hippopotame marin "hippopotamus amphibius", mais aussi cinq espèces de tortues, deux espèces de crocodiles ainsi que de riches colonies d’oiseaux migrateurs et afro-tropicaux. Sans oublier la possibilité d'y croiser de nombreux dauphins !

Les bijagos…

Les habitants de l'archipel sont à 90% de l'ethnie Bijogo. Cette population est restée proche de ses traditions animistes, mais c’est un peuple accueillant vivant essentiellement de la culture de la noix de cajou. Les Bijogos subsistent grâce aux ressources agricoles et halieutiques (fruits de mer, poissons...). Ils cultivent beaucoup les anacardiers pour vendre les noix de cajou, élèvent quelques cochons, vaches et poules et ramassent les noix de palme pour en extraire de l'huile destiné à la consommation. Ils cultivent aussi le riz pendant la saison des pluies. Fondée sur une famille matrilinéaire, cette société traditionnelle animiste place la femme au centre de la vie sociale.



Perspectives…

Selon le plan stratégique et opérationnel 2015-2020 « terra ranka », la guinée Bissau est dotée d’un capital naturel considérable. Elle bénéficie d’importantes ressources hydriques (130 km3/an en eaux de surface et 45 km3/an en eaux souterraines), d’un vaste et riche territoire maritime (105.000 km2 sur 270 km de côtes), d’une biodiversité exceptionnelle qui rend des services écosystémiques à l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest.  


Près de 10% de son territoire est couvert de mangrove, soit la proportion la plus importante au monde; 13% (à terme 26%) de son territoire terrestre et maritime est sanctuarisé pour préserver la biodiversité. L’économie actuelle de la Guinée-Bissau repose entièrement sur ce capital naturel qui représente 47% de la richesse par habitant, soit la part la plus importante en Afrique de l’Ouest.


En exploitant les caractéristiques naturelles de son sol, la Guinée-Bissau est ainsi devenue le quatrième producteur mondial de cajou brut. L’analyse montre cependant qu’en améliorant la qualité de sa production de cajou et en transformant localement une partie, elle pourrait d’ici 2025 quadrupler les revenus qu’elle tire de ce secteur. La Guinée-Bissau dispose également d’autres véritables moteurs de croissance tels que la pêche, le riz et le tourisme, et peut être les mines. Ainsi, l’avenir économique de ce pays  dépendra donc de sa capacité à assurer la gestion durable de ses ressources naturelles renouvelables.




Amélia DACOSTA

 Journaliste AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here