Le déballastage sauvage plus dangereux qu’une marée noire ? - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Le déballastage sauvage plus dangereux qu’une marée noire ?

Partager

Le déballastage sauvage plus dangereux qu’une marée noire ?


Appelé communément pétrolier, un Tanker est un navire citerne qui sert à transporter du pétrole mais aussi ses dérivés. Les tailles varient selon les besoins et certains peuvent atteindre des dimensions gigantesques représentant, un réel challenge pour les techniciens de maintenance ou ouvriers chargés d’entretenir les citernes.

L’entretien d’un navire-citerne ou tanker, consiste à nettoyer les citernes du pétrolier. En effet, les tankers nécessitent un entretien particulier réalisé régulièrement après chaque transport de liquide, ici en l’occurrence, du pétrole, carburant et dérivés.

Le pétrole et le carburant sont reconnus comme des substances dangereuses particulièrement toxiques. Par conséquent, il est conseillé de prendre d’énormes précautions concernant le nettoyage des citernes via des produits spécifiques et des méthodes adaptées.


Navire Pétrolier

Le dégazage est la première étape dans l’entretien d’un navire. Il s’agit d’une opération qui a pour but d’éliminer les gaz inflammables, issus des produits d’hydrocarbures des pétroliers. Dans les faits, les citernes des pétroliers sont souvent ventilées dans le but d’éliminer les gaz dangereux. Cette technique de dégazage est effectuée au préalable, avant toute sorte de maintenance ou de nettoyage pour permettre de limiter les risques provenant des produits hydrocarbures et des gaz inflammables qu’ils contiennent. Après cette étape s’en suit la maîtrise du système de pompage, le traitement des déchets, et le nettoyage de la citerne à haute pression (le déballastage).

Bien souvent, les pétroliers sont nettoyés au large et les rejets sont déversés en pleine mer sans traitement préalable. Cet acte est qualifié de « déballastage sauvage » qui est interdit car très toxique, il engendre pollution des eaux mais également des dangers sur la faune et la flore. Il est estimé à un milliard de kilos par an, l'ensemble des déballastages dans toutes les mers et océans du monde, soit plus de trente fois la cargaison de l'Erika.

Malheureusement, c’est une pratique courante le long des routes maritimes, représentant une pollution insidieuse et constante, quantitativement plus importante que celle des marées noires : 1 million de tonnes de pétrole sont ainsi déversées annuellement, soit 6 fois plus que les catastrophes pétrolières. Ceux qui le pratique, en général les pétroliers, font d’énormes marges d’économie sur les frais de nettoyage ainsi que sur la redevance environnementale et le coût de traitement des déchets et rejets. 


Les pratiques de déballastages sauvages sont des pratiques de délinquance maritime grave encadré par l’alinéa 4 de la Convention des Nations Unies sur le droit à la mer (Convention de Montego Bay). En nettoyant leurs cuves illégalement en pleine mer, les navires sont la cause d'une pollution des océans 8 à 10 fois plus importante que celle des naufrages.

D’autres textes légaux d’intérêt sont en autre, la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), le protocole de Kyoto, Convention Internationale OILPOL et la Convention de la création de l’Organisation Maritime Internationale (OMI) et la convention MARPOL (Marine Pollution).

Une sensibilisation large sur ces activités peu connues s’impose afin d’éveiller les consciences des toutes les acteurs impliqués et d’œuvrer ensemble pour plus de vigilance et la préservation de notre santé et celle de l’environnement.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here