La Chine entre dans l’étape décisive de la lutte contre la pauvreté - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

La Chine entre dans l’étape décisive de la lutte contre la pauvreté

Partager

La Chine entre dans l’étape décisive de la lutte contre la pauvreté


C’est une promesse solennelle faite par le Parti communiste chinois (PCC) au peuple chinois et à la communauté internationale que de sortir tous les ruraux pauvres de la pauvreté selon les critères actuels d’ici 2020. En cette période cruciale de bataille décisive contre la pauvreté, l’épidémie du nouveau coronavirus constitue un nouveau défi dans la lutte contre la pauvreté. Afin de surmonter l’impact de l’épidémie et remporter la lutte contre la pauvreté dans les délais impartis, le Comité central du PCC avec le camarade Xi Jinping comme noyau dirigeant a pris des dispositions importantes pour la prévention et le contrôle de l’épidémie et la lutte contre la pauvreté. Le 6 mars 2020, s’est déroulée la plus importante réunion sur la lutte contre la pauvreté depuis 2012, injectant une immense confiance et une grande vigueur dans la bataille décisive contre la pauvreté et établissant des dispositions claires au cours de la prochaine étape pour gagner la bataille contre la pauvreté.

L’impact de l’épidémie ne doit pas être sous-estimé

L’épidémie du COVID-19 a un impact plus important sur les revenus dans les secteurs primaire et tertiaire dans les zones pauvres. L’impact sur le primaire dans les zones touchées par la pauvreté se concentre principalement sur les revenus de l’agriculture et de l’élevage, et l’impact sur le tertiaire principalement sur les revenus du tourisme rural dans les zones rurales pauvres.

Dans le secteur primaire, l’agriculture et l’élevage et les sous-secteurs concernés sont tous affectées, principalement l’agriculture. Les grandes entreprises agricoles et d’élevage dans les villages pauvres dépendent principalement pour accroître leurs revenus de l’approvisionnement en légumes d’hiver de janvier à mars et du pic de consommation pendant la fête du Printemps. En raison de l’impact de l’épidémie, les canaux de vente ont été bloqués. Dans le même temps, afin de réduire le risque de propagation de l’épidémie, des mesures strictes, notamment la fermeture des marchés de volaille vivante, ont été prises et la perte de revenus dans l’élevage a été importante.

Dans le secteur tertiaire, en raison de l’arrêt de l’activité sur une grande échelle dans les services, notamment l’hôtellerie-restauration et les fermes de loisirs dans les zones pauvres, le revenu des ménages pauvres a diminué à des degrés divers. Certains ménages non pauvres et marginalement pauvres sont touchés en raison de l’impact de l’épidémie sur l’emploi et les activités non agricoles, et il existe dans une certaine mesure un risque de tomber dans la pauvreté.

L’apparition du COVID-19 a assombri la situation de l’emploi et les revenus salariaux des ouvriers issus de foyers ruraux ont chuté. Alors que les revenus des ruraux employés à temps partiel sont devenus leur principale source de revenus, en particulier dans les zones pauvres, l’impact de l’épidémie sur les revenus de ces ruraux s’est généralisé. D’une part, la période d’arrêt de la production et de chômage partiel dans les entreprises s’est prolongée, et les revenus salariaux des travailleurs migrants issus de foyers pauvres ont baissé. D’autre part, dans les zones où les ménages pauvres sont nombreux, où les gens vont souvent chercher du travail ailleurs, et où l’épidémie est relativement grave, comme dans le Hubei, le Henan, l’Anhui, le Sichuan et le Hunan, le risque de retomber dans la pauvreté est plus élevé en raison de la baisse des revenus. 

Dans les zones de pauvreté profonde des « trois zones et trois préfectures » (les « trois zones » sont la région autonome du Tibet, les zones tibétaines des quatre provinces du Qinghai, du Sichuan, du Gansu et du Yunnan, et les préfectures autonomes de Hotan, Aksu, Kashgar et Kirghiz de Kizilsu dans le sud du Xinjiang ; les « trois préfectures » sont la préfecture autonome yi de Liangshan dans le Sichuan, la préfecture autonome lisu de Nujiang dans le Yunnan, et la préfecture autonome hui de Linxia dans le Gansu), et en raison de la situation géographique, du degré de connexion économique et des différences dans les flux de population, l’impact de l’épidémie est moindre que dans d’autres régions pauvres, et hormis les masques de protection et autres articles spécifiques, l’impact à court terme de l’épidémie sur les « deux nécessités vitales et les trois garanties » des ruraux reste assez faible.

Les travaux de réduction de la pauvreté ont été affectés par le COVID-19. En termes de réinstallation pour permettre à la population démunie de vaincre la pauvreté, la reconstruction de logements et la rénovation des maisons en mauvais état ont eu des difficultés. La situation épidémique a directement affecté l’approvisionnement en matériaux, le transport et la construction sur place, ce qui a été un inconvénient de taille pour la lutte de la pauvreté par le transfert et la réinstallation dans les districts qui n’ont pas été tirés de la pauvreté. Les projets d’assainissement de l’eau, les routes rurales et d’autres projets n’ont pas pu progresser comme prévu. Dans certaines régions où l’épidémie est grave, les cadres et les équipes sur place ont été temporairement incapables de se rendre à leurs postes et le travail d’assistance s’en est trouvé impacté.

La nécessité de prendre des mesures ciblées

La Chine adopte une stratégie ciblée de lutte contre la pauvreté, met en œuvre des politiques à différents niveaux et catégories, et augmente les investissements dans la lutte contre la pauvreté, fournissant des politiques et des garanties financières pour remporter la bataille contre la pauvreté. D’une part, des enquêtes détaillées seront effectuées et des mesures ciblées seront prises pour les principaux districts touchés par l’épidémie, les zones de grande pauvreté, les villages pauvres typiques et les ménages pauvres spéciaux ; l’aide sera accrue pour minimiser l’impact de l’épidémie et la production reprendra dès que possible dans les zones où l’impact de l’épidémie reste minimal. 

D’autre part, la Chine a accru chaque année le fonds de lutte contre la pauvreté du gouvernement central de 20 milliards de yuans pendant quatre années consécutives depuis 2016. Le budget du gouvernement central a affecté 126,1 milliards de yuans aux fonds de lutte contre la pauvreté en 2019, et la dotation spéciale du gouvernement central sera de près de 150 milliards de yuans en 2020, auxquels il faut ajouter la coopération interrégionale et entre l’Est et l’Ouest du pays ainsi que les investissements industriels, qui procurent des garanties fortes.

La Chine prend également des mesures ciblées pour prévenir la pauvreté et le retour à la pauvreté. Le nombre plancher de personnes risquant de tomber et de retomber dans la pauvreté a déjà été déterminé. « Près de 2 millions de personnes sorties de la pauvreté risquent de retomber dans la pauvreté et près de 3 millions de personnes marginalisées sont menacées de pauvreté. » Ciblant cette frange de la population, des politiques de soutien ont été formulées dans les domaines de l’industrie, de l’emploi, de la distribution, de la consommation, des finances et du crédit.

Par exemple, en guidant les ménages pauvres dans l’amélioration de leur structure de production, en encourageant le développement de l’élevage, du secondaire et du tertiaire à croissance rapide à court terme, en procédant à l’arrimage entre l’offre et la demande de main-d’œuvre, en intensifiant la connexion des zones pauvres, notamment la logistique dans les zones les plus pauvres, en accroissant la consommation des pauvres et en renforçant le soutien financier et le soutien au microcrédit pour la réduction de la pauvreté. En outre, en saisissant les opportunités offertes par la prévention et la lutte contre l’épidémie, il faut fournir une bonne base industrielle, d’emplois, culturelle, écologique et organisationnelle pour la revitalisation rurale.

Depuis le début de l’épidémie, les gouvernements à tous les niveaux et la majorité du personnel médical ont travaillé dur jour et nuit pour lutter contre l’épidémie. Grâce à la bienveillance et au soutien communs aux niveaux national et international, l’épidémie a été progressivement maîtrisée et la situation s’est améliorée. La reprise de la production et du travail s’est effectuée de manière ordonnée, tout comme le développement socio-économique. Diverses régions ont adopté des politiques pour garantir que les cultures de printemps s’effectuent dans les temps et répondre aux besoins des travailleurs dans les villes. Afin de résoudre le problème des travailleurs migrants, les principales provinces nécessitant de main-d’œuvre ont également affrété des moyens de transports pour accueillir les travailleurs dans les zones rurales et les faire revenir à leur poste.

Confiance dans la réalisation des objectifs d’élimination de la pauvreté dans les délais

Ces dernières années, la Chine a réalisé des progrès décisifs dans la lutte contre la pauvreté, jetant des bases solides pour bâtir une société de moyenne aisance à tous les égards dans les délais prévus. À la fin de 2019, la population pauvre selon les critères actuels est passée de 98,99 millions en 2012 à 5,51 millions, et l’incidence de la pauvreté est passée de 10,2 % à 0,6 %. En février 2020, 601 des 832 districts pauvres à travers le pays avaient annoncé leur sortie de la pauvreté, 179 étaient en cours d’évaluation et 52 n’étaient pas encore tirés de la pauvreté. Le problème de la pauvreté régionale dans son ensemble a été fondamentalement réglé.

En outre, le niveau de revenu des pauvres a considérablement augmenté, la production de base et les conditions de vie dans les zones pauvres se sont considérablement améliorées, le développement socio-économique s’est grandement accéléré et la capacité de gouvernance de la pauvreté a été fortement relevée. Les programmes et réalisations de la Chine en matière de réduction de la pauvreté ont été généralement reconnus par la communauté internationale, donnant la confiance nécessaire pour gagner la bataille contre la pauvreté dans les temps.

Nous avons des raisons de croire qu’avec le soutien d’une série de mesures, la Chine remportera sans aucun doute la bataille contre la pauvreté comme prévu et réalisera l’édification intégrale de la société de moyenne aisance.

Tan Weiping est Directeur général adjoint du Centre international de la réduction de la pauvreté de Chine

AGM
Source

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here