L’AGRICULTURE, UN ALLIE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

L’AGRICULTURE, UN ALLIE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Partager

L’AGRICULTURE, UN ALLIE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE


L’agriculture est une transformation par laquelle les hommes édifient leurs écosystèmes et contrôlent le cycle biologique d'espèces domestiquées. En effet, le mot agriculture est issue du latin agricultura réparti par ager « champ » et du cultura «culture ». Elle est une activité qui œuvre dans le but de produire des aliments et d'autres ressources utiles à la société.


Au Sénégal, l’économie repose essentiellement sur l’agriculture. Ainsi, plus de 60% de la population s’y active. De 2014 à 2019, la production de riz au Sénégal a presque triplé. Elle est passée de près de 405 000 tonnes à 1 155 337 tonnes. Cette augmentation se traduit par la série de programmes et de politiques mis en œuvre par l’Etat ces derniers années en vue d’atteindre l’autosuffisance avec un volume de production estimé à 1 800 000 de tonnes sur le long terme et de 1 600 000 tonnes sur le court terme.

 

Au nord du pays, on retrouve le riz de la vallée qui enregistrait 455 000 tonnes de récolte en 2008. Et qui grâce au programme national d’autosuffisance en riz (Pnar),  compte augmenter sa production à 875 000 tonnes en 2020.


Quand on part dans le sud du pays, on  y retrouver la culture de saison. Les pluies y sont abondantes contribuant à la fertilité des terres. A cet effet, les résidents n’hésitent pas à cultiver de l’arachide, du « bissap » ou l’oseille sans oublier le mil et le gombo. Durant l’hivernage, les mangues y sont nombreuses  certains entrepreneurs les rachètent afin de les transformer en confiture et jus naturel. 


 La mangue est essentiellement produite en Casamance, dans les Niayes, le Centre mais aussi en quantité moyenne sur la Petite Côte sur une période de 6 mois étalée d’avril à septembre. En 2015, la superficie estimée des plantations de mangue par la Direction de la Protection des Végétaux (DPV) a été de 12 000 ha en Casamance, de 8 000 ha dans les Niayes et de 3 000 ha dans le Centre. Ce qui fait un total de 23 000 ha. Il faut ainsi noter que les 60% de la production des mangues au Sénégal proviennent de la Casamance.


Aujourd’hui, l’Agriculture sénégalaise occupe 19% de la superficie du pays. Elle constitue un pilier fondamental de la politique du développement durable.


Ainsi,  l’un des objectifs visé est de réaliser un volume d’exportation de plus de 200 000 tonnes de fruits et légumes, dans un horizon temporel à moyen terme, à travers l’élargissement de la diversité́ des produits « Made in Senegal». L’autre ambition concerne l’horticulture sénégalaise qui doit contribuer à l’autosuffisance en produits maraichers sur le plan national.


Tout comme la mangue en Casamance, la banane est grandement produite dans l’est du pays plus précisément dans la région de Tambacounda. Cette région demeure d’ailleurs la plus grande productrice de bananes sur le territoire national. La ville de Tambacounda à elle seule, participe à hauteur de 80 % à la production nationale de banane. Elle est d’ailleurs estimée à environ 25 000 tonnes en 2015.


Ainsi, la culture de la banane, de la mangue et d’autres fruits et légumes suscite beaucoup d’intérêt pour l’économie du pays. Une raison de plus pour les autorités de renforcer les efforts d’investissement dans le secteur de l’agriculture afin d’aider les acteurs ainsi que les sénégalais à s’intéresser d’avantage  au potentiel économique des produits locaux.  



Penda DJIGO / AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here