Sécurité alimentaire: Plus de 5,3 millions de personnes pourraient souffrir de la faim au Burkina Faso, au Mali et au Niger d'ici août (FAO) - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Sécurité alimentaire: Plus de 5,3 millions de personnes pourraient souffrir de la faim au Burkina Faso, au Mali et au Niger d'ici août (FAO)

Partager

Sécurité alimentaire: Plus de 5,3 millions de personnes pourraient souffrir de la faim au Burkina Faso, au Mali et au Niger d'ici août (FAO)


Au moins 5,3 millions de personnes seront confrontées à la faim extrême dans les pays d' Afrique de l' Ouest Burkina Faso, le Mali et le Niger, selon l'Organisation pour l' alimentation et l' agriculture des Nations Unies (FAO) rapport publié récemment.

Les trois pays devraient tomber dans des zones à haut risque au cours des prochains mois, indique le rapport.
Les pays à haut risque sont ceux qui sont confrontés à une détérioration importante pendant une crise, avec des effets potentiellement graves sur l'agriculture et la sécurité alimentaire.

Selon la FAO, des niveaux alarmants de conflits internes, d'insécurité et d'une saison de soudure précoce affectant les activités agro-pastorales sont responsables d'un déplacement et d'une insécurité alimentaire sans précédent dans ces pays. 

Près de 1,2 million de personnes ont déjà été déplacées par les conflits internes et la violence dans ces pays. L'organisme onusien a prédit que davantage de personnes seraient déplacées au cours des trois prochains mois si les niveaux actuels d'insécurité persistaient. 
Environ les trois quarts des personnes déplacées se trouvent au Burkina Faso - avec 765 000 personnes, le pays comptait le plus grand nombre de personnes déplacées internes.

Il s'agit notamment des pasteurs déplacés qui ont déstocké leurs troupeaux parce qu'ils ne pouvaient pas accéder aux pâturages et à l'eau.
La mauvaise pluviométrie de l'année dernière a aggravé la situation de ces éleveurs dans les régions du Centre-Nord et de l'Est du Burkina Faso. L'insuffisance des précipitations cette année affectera également les éleveurs vivant dans le Niger et le Mali déficitaires en végétation.

Le Niger a connu un déficit de 40% de biomasse sèche nécessaire pour nourrir les animaux. La fermeture temporaire de la frontière avec le Bénin a aggravé la situation des agro-éleveurs de ces deux pays.

La FAO a prévu une saison pastorale dure et longue dans ces pays. Il a averti que les conflits internes étaient susceptibles de se poursuivre, limitant ainsi les déplacements des pasteurs et l'accès aux ressources pendant la saison sèche, a indiqué la FAO.
Les conflits internes risquent également d'aggraver l'accès à la terre et aux intrants agricoles en mai et juin.

On prévoit qu'au moins 5,3 millions de personnes souffriront d'insécurité alimentaire grave entre juin et août 2020, période qui correspond au pic de la période de soudure pastorale et aux mois clés de la transhumance.

Ces projections sont alarmantes et supérieures à la moyenne à long terme dans les trois pays, avec plus de 2 millions de personnes souffrant d'insécurité alimentaire grave au Burkina Faso, 1,3 million de personnes au Mali et 1,9 million au Niger.
Les personnes déplacées vulnérables, les communautés d'accueil et celles vivant dans des zones précaires auront besoin d'une aide alimentaire et de moyens de subsistance pendant la majeure partie de 2020, a averti la FAO.

Le rapport 2020 sur la crise alimentaire mondiale publié la semaine dernière a  mis en garde contre l'insécurité alimentaire aiguë dans ces pays en raison de la violence accrue, des déplacements et de la perturbation de l'agriculture et du commerce. 
Mais ce n'est pas ça. Les trois pays sont également en proie à la nouvelle épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19). Le Burkina Faso a enregistré plus de 630 cas confirmés de COVID-19 et 42 décès au 28 avril 2020.

Pour contenir la pandémie, ils ont adopté des mesures telles que la fermeture des frontières et la restriction des marchés. Ces mesures ont également eu un impact sur les zones pastorales, a déclaré Coumba Sow, coordinateur de la résilience de la FAO pour l'Afrique de l'Ouest. Les déplacements des éleveurs et du bétail ont été limités en raison de la fermeture des frontières internationales.

Plus tôt ce mois-ci, le Réseau de prévention des crises alimentaires a exprimé ses préoccupations concernant les risques liés au COVID-19 tels que l'effondrement de la production de cultures vivrières, l'impact sur les éleveurs et le manque de disponibilités alimentaires.

Il a été conseillé aux gouvernements de fournir une protection sociale pour renforcer les moyens de subsistance et le pouvoir d'achat des personnes vulnérables. Il leur a également été conseillé de protéger les chaînes d'approvisionnement alimentaire, y compris les mouvements transfrontières de denrées alimentaires.
La FAO a également recommandé l'accès aux intrants et aux marchés agricoles. Il a appelé le gouvernement à aider les personnes déplacées à distribuer des intrants agricoles et à améliorer l'accès aux marchés. 

Il a également été conseillé aux gouvernements nationaux d'intensifier les activités argent contre travail axées sur la réhabilitation des terres dégradées et des infrastructures rurales.
La FAO a suggéré le déstockage commercial des animaux faibles dans les zones à forte concentration de bétail et à accès limité aux pâturages. Dans le même temps, l'eau et les aliments pour les principaux animaux d'élevage devaient être augmentés, a-t-il suggéré.

AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here