COVID-19: l'Afrique du Nord la plus touchée sur tout le continent avec 68% de tous les décès - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

COVID-19: l'Afrique du Nord la plus touchée sur tout le continent avec 68% de tous les décès

Partager

COVID-19: l'Afrique du Nord la plus touchée sur tout le continent avec 68% de tous les décès


L'Algérie fait état de 173 décès, le nombre le plus élevé d'Afrique

L'Afrique du Nord est la plus touchée par la nouvelle pandémie de maladie à coronavirus (COVID-19) à travers le continent, avec plus de la moitié du nombre de cas et de décès signalés en Afrique enregistrés dans cette région.

Environ 299 décès - soit 68% de tous les décès en Afrique - ont été signalés dans six pays de la région, le nombre de cas ayant fortement augmenté pour atteindre 4 204.
Selon les données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 9 450 cas ont été signalés dans 52 des 54 pays africains, soit 96% de l'ensemble du continent.
Les Comores et le Lesotho sont les deux seuls pays à n'avoir signalé aucun cas jusqu'à présent.
Le taux de mortalité cumulé de la maladie sur le continent, à 7,3%, était également beaucoup plus élevé que la moyenne mondiale de 3,4% , selon le Centre africain de contrôle et de prévention des maladies.

L'Algérie la plus touchée

L'Algérie était le pays le plus touché de la région avec environ 1 423 cas au 6 avril 2020. Le pays a également signalé le nombre maximum de décès, à 173, à travers le continent.
Environ 45 des provinces du pays ont  été touchées par le COVID-19, selon Djamel Fourar, porte-parole du comité scientifique du pays chargé de surveiller la propagation du virus.

Les mesures prises

L'Algérie a réalisé la nécessité d'intensifier les tests, l'isolement et la recherche des contacts,  comme recommandé par l'OMS.

Le président Abdelmadjid Tebboune a  alloué 100 millions de dollars à l'importation de produits pharmaceutiques, d'équipements de protection individuelle et d'équipements d'analyse chimique, dans le cadre de mesures visant à prévenir la propagation du virus.
Un seul laboratoire, l'Institut Pasteur Algérie (IPA), basé à Alger, la capitale, teste des échantillons provenant de tout le pays.

L'Algérie n'a donc pas pu effectuer un nombre suffisant de dépistages et de tests.
Le pays, cependant, fait des efforts pour augmenter le nombre de laboratoires de référence en identifiant quatre autres qui pourraient passer des tests dans le cadre du laboratoire de l'IPA, a déclaré Fawzi Derrar, directeur par intérim de l'IPA, dans un reportage .

L'IPA a également invité les laboratoires d'analyses biologiques à s'impliquer dans le dépistage du virus  le 1er avril pour répondre à la demande de tests supplémentaires.
La direction de l'IPA a décidé d'autoriser des sociétés d'analyse privées à effectuer, sur prescription médicale, des tests sur des personnes suspectées d'être infectées par le virus (SARS-CoV-2).

Le nombre de cas de personnes infectées par COVID-19 devrait donc être plus élevé. L'Algérie pourrait bientôt remplacer l'Afrique du Sud comme le pays le plus touché par COVID-19 sur le continent.

Croissance exponentielle dans les cas confirmés

Le gouvernement algérien avait précédemment pris des mesures pour garantir la distanciation sociale, notamment en interdisant les rassemblements publics à grande échelle et en fermant les écoles et autres établissements d'enseignement.
Un couvre-feu a également été déclaré le 23 mars de 7 h à 19 h.

Le pays a toutefois connu une croissance exponentielle du nombre de cas entre le 19 mars et le 3 avril. Le 2 avril, le nombre de cas notifiés par jour est passé de 10 cas à 139 cas par jour, selon l'OMS.

Le gouvernement algérien a ainsi déclaré un verrouillage national le 5 avril qui se poursuivra jusqu'au 19 avril.

AGM
Source

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here