IMPACTS DE LA COVID-19 : UNE ÉTUDE DE 2020 RÉVÈLE UNE AUGMENTATION DE 136% DE LA DÉFORESTATION DES FORETS EN AFRIQUE - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

IMPACTS DE LA COVID-19 : UNE ÉTUDE DE 2020 RÉVÈLE UNE AUGMENTATION DE 136% DE LA DÉFORESTATION DES FORETS EN AFRIQUE

Partager

IMPACTS DE LA COVID-19 : UNE ÉTUDE DE 2020 RÉVÈLE UNE AUGMENTATION DE 136% DE LA DÉFORESTATION  DES FORETS EN AFRIQUE


AGM/    Depuis très longtemps, le monde fait face à une déforestation sans précédent des forêts. À cela s’ajoute actuellement les impacts de la covid-19 avec la déforestation de nombreuses zones tropicales. Cette situation augmente d’ailleurs les interactions entre faunes sauvages, activités humaines et les risques d’émergence de nouvelles épidémies. On peut en citer les maladies zoonotiques, la santé publique, l’économie, l’agriculture et la gestion des forêts.


En effet, ces conséquences socioéconomiques de la covid-19 ont certainement encouragé la déforestation, ce qui accroit les risques d’émergence de nouveaux virus. Selon une étude réalisée en 2020, les premières mesures sanitaires ont entrainé un accroissement de la déforestation en zone tropicale qui avait dépassé les 95 000 Km2 alors qu’en 2019, ces alertes concernaient un territoire total de 4,732 km2, soit près de la moitié.

déforestation/img: @Pixabay

Sur ce, Bruno Hérault, co-auteur de l’étude et spécialiste des forêts tropicales au centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) révèle que la déforestation a augmenté de 63% en Amérique, 136% en Afrique et 63% en Asie pacifique. Les techniques de déchiffrement généralement utilisées consistent à mettre le feu à des parcelles de forêts. Or les particules émises durant ces opérations de déforestation sont la première cause de mortalité humaine prématurée liée à la pollution de l’air dans les régions tropicales.


Selon Serge Morand, écologue et spécialiste des maladies infectieuses au CNRS  et au CIRAD, près de 50% des zoonoses qui ont fait leur apparition depuis les années 1940 sont associé à l’agriculture. Et pour faire face à cela, les chercheurs recommandent une protection de la population rurale et indigène, faire la lutte contre la déforestation une priorité dans les zones tropicales, anticiper l’augmentation des feux de forêt et encourager les marchés légaux de vente de bois et soutenir leurs chaines d’approvisionnement.

 



Amélia DACOSTA

Journaliste /AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here