SENEGAL : PROJET DE FINANCEMENT A HAUTEUR DE 19 MILLIONS DE DOLLARS CANADIENS POUR LA RESILIENCE DES FEMMES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

SENEGAL : PROJET DE FINANCEMENT A HAUTEUR DE 19 MILLIONS DE DOLLARS CANADIENS POUR LA RESILIENCE DES FEMMES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Partager

SENEGAL : PROJET DE FINANCEMENT A HAUTEUR DE 19 MILLIONS DE DOLLARS CANADIENS POUR LA RESILIENCE DES FEMMES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES



AGM-Sénégal    L’actualité sur le changement climatique au Sénégal inquiète de plus en plus certaines populations rurales. Etant donné que ces derniers dépendent fortement de l’agriculture, les producteurs agricoles, en particulier les femmes et les jeunes, sont depuis longtemps confrontés à des difficultés d’accès à la terre, à l’eau, aux technologies, aux infrastructures innovantes et aux ressources financières.


Cette initiative du consortium d’ONG canadiennes Ceci, Socodevi et Ouranos a été lancé jeudi 14 janvier à Tambacounda au Sénégal. Selon l’APS, ce projet dispose d’un financement à hauteur de  8,45 milliards de francs CFA soit 19 millions de dollars canadiens. Il vise également  à améliorer le bien-être et la résilience des ménages agricoles face aux changements climatiques dans les régions de  Kolda, Sédhiou et Tambacounda, à travers l’intensification durable des cultures irriguées de  riz, de la banane et des légumes.


Les activités de ce projet lancé à Tambacounda est de  mobiliser des femmes et les jeunes au sein des filières agricoles ciblées. Cela, dans le but d’accroître leur autonomisation socio-économique en réduisant les obstacles qui les empêchent de réaliser leur plein potentiel c’est-à-dire les capacités techniques et entrepreneuriales des productrices et des jeunes producteurs.


Ainsi, ces agriculteurs seront renforcés par le biais des formations pratiques au cours desquelles une attention particulière sera portée à l’utilisation de méthodes de production innovantes, adaptées aux changements climatiques (variétés adaptées, itinéraires techniques et semences à cycles courts, entre autres) informe le site officiel du centre d’étude et de coopération internationale ceci. De plus, l’équipe du projet collabore avec des institutions universitaires et financières locales pour mettre en place de nouvelles pratiques qui facilitent l’accès des femmes et des jeunes à l’information, à l’innovation et au crédit.


Le projet FAR rejoint ainsi d’autres initiatives développées dans ce pays d’Afrique de l’Ouest pour renforcer la résilience des agriculteurs au changement climatique. Pour rappel, le gouvernement sénégalais a lancé en novembre 2020 la seconde phase du projet de changement climatique et de gestion intégrée des zones côtières (CCGIZC). Le projet dont la mise en œuvre s’étalera sur quatre ans concerne la Petite Côte, le Delta du Saloum et la Casamance. Il prévoit la plantation d’arbres pour lutter contre l’érosion côtière et des digues pour prévenir la montée des eaux. Pour protéger les zones de mouillage lors du mauvais temps, des brise-lames seront également construits sur les littoraux à risques.


En Afrique de l’Ouest, les femmes sont particulièrement vulnérables au changement climatique. Elles doivent nourrir leur famille, mais, contrairement aux hommes, elles n’ont pas accès à la formation, à la connaissance, au financement et à la technologie.

 

 

Amélia DACOSTA

Journaliste AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here