ENVIRONNEMENT : NE SERAIT-IL PAS DEJA TROP TARD ? - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

ENVIRONNEMENT : NE SERAIT-IL PAS DEJA TROP TARD ?

Partager

ENVIRONNEMENT : NE SERAIT-IL PAS DEJA TROP TARD ?


AGM/    De nos jours, les termes « réchauffement climatique », « fonte de glace » ou « destruction de la couche d’ozone » reviennent de plus en plus dans nos programmes télévisés ou encore dans nos lectures. Mais à quoi cela nous renvoie-t-il vraiment ? Pourquoi ressentons-nous de l’urgence à ce sujet ? Des bouteilles d’eau aux produits des plus grandes industries, les consommateurs sont sans cesse alertés sur les habitudes d’utilisations et incités au recyclage. La planète est sous pression.

Mais que se passe-t-il ?

Au cours de son développement, l’homme de par sa curiosité s’est adapté à son environnement. Dans cet élan de découverte, son excès de zèle lui a permis de transformer les ressources naturelles qui l’entourent afin de faciliter sa vie sur terre. Cependant, ce développement n’est pas sans conséquences. La mondialisation est en train de nuire à l’équilibre de la planète. Les constructions, la consommation, l’industrialisation, la pollution, l’extraction des sols, l’exploitation des gisements, la déforestation… toutes ces activités impactent négativement la planète.


Les émissions rejetées par toutes les activités de l’homme emmènent à un déséquilibre de la nature. Face aux conséquences, l’homme cherche à rétablir un certain équilibre.


Le climat sur terre évolue naturellement, il y a donc de ce fait des cycles naturels de réchauffement. Néanmoins, si l’on se base sur les rapports qu’a enregistrés la NASA, depuis 2001, la terre a vécu 17 de ces 18 années les plus chaudes du fait d’un fort taux de méthane et de Co2 présents dans la nature. En Arctique, plus de 2/3 de la couverture de Glace a disparu, ce qui a laissé s’évaporer encore plus de méthane. L’agriculture, l’élevage intensif et tout ce qui y est relié, représentent la première cause des changements climatiques. En effet le méthane que dégage les vaches est 23 fois plus nuisible que le CO2. L’élevage intensif à lui seul produit 51% des émissions de gaz à effets de serre. Selon la FAO (Organisation pour l’alimentation et pour l’agriculture) près de 80% de la déforestation est causé par l’agriculture, et les 20% restant se répartissent entre la construction des infrastructures, l’urbanisation et les activités minières. Le transport (avion, trains, voitures etc.) lui, produit environ 13% des émissions de gaz à effet de serre. Pour ne citer que ça, on constate donc que, l’activité de l’Homme a bel et bien un impact négatif sur la planète.

Et que faisons-nous ?

Face cette urgence de sauver à tout prix la planète plusieurs Etats, en collaboration avec les organismes internationaux se sont lancés à la quête des solutions. Afin de rétablir un équilibre à la nature, la création de plusieurs conférences environnementales internationales a été nécessaire.  Pendant ces conférences, plusieurs résolutions sont adoptées mais peu d’entre elles sont respectées par les pays membres des organismes internationaux. A une plus petite échelle une série de comportements peuvent potentiellement réduire l’empreinte carbone de l’homme au quotidien. Nonobstant, les êtres humains, conscients des changements climatiques depuis 1896, ne daigne y prêter attention qu’au XXIe siècle.


Nous voyons là un désintérêt de l’homme pour son environnement ou simplement un problème de priorité. Certains scientifiques annoncent des potentielles catastrophes si la tendance reste la même d’ici 2050. D’autres encore disent que ces changements sont dus à l’évolution naturelle du cycle et que la nature retrouvera d’elle-même son équilibre. Et enfin il y en a comme le professeur Jem Bendell qui affirment qu’il est déjà bien trop tard …

 



PAMOUANDE Princesse D.

Journaliste stagiaire AGM

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here