Somalie : Projet de loi en faveur du mariage précoce … Indignation de la communauté internationale - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Somalie : Projet de loi en faveur du mariage précoce … Indignation de la communauté internationale

Partager

Somalie : Projet de loi en faveur du mariage précoce … Indignation de la communauté internationale


Aucune loi prescrivant un âge minimum pour le mariage en Somalie existe, mais un nouveau projet de loi pourrait permettre d’autoriser le mariage d’enfants avec des adultes. Ce projet de loi déclenche de nombreuses critiques et de la colère chez ceux qui luttent pour l'amélioration des conditions de vie des enfants.

Le photographe Feisal Omar a rencontré plusieurs jeunes filles mariées, tombées enceintes, violentées… alors qu’elles étaient mineures dans un camp de réfugiés à Mogadiscio où vivent des familles fuyant la famine et les jihadistes shebab.

Selon les chiffres de l’ONU (2014-2015) et les données d'une enquête gouvernementale (2020), en Somalie, sur l'ensemble des femmes qui se marient, un tiers à 45 % (suivant les régions) le sont avant l’âge de 18 ans et un peu moins de la moitié de ces dernières avant 15 ans. "Certaines familles marient leurs filles pour réduire leur fardeau économique ou gagner un revenu. D'autres pensent garantir l'avenir de leurs filles ou les protéger", a déclaré Dheepa Pandian, porte-parole de l'UNICEF, cité par Reuters.

Conséquences du mariage précoce

Chaque année, environ 12 millions de jeunes filles âgées de 15 à 19 ans et au moins 777 000 jeunes filles âgées de moins de 15 ans mettent au monde des enfants dans les régions en développement / photo de Marie Zafimehy

Dans un mariage d'enfants, la santé physique de l'épouse est exposée à plusieurs menaces. Ces unions ont des conséquences néfastes sur la santé physique et mentale de ces femmes-enfants. Ces jeunes filles sont souvent victimes de violence domestique, et n'ont guère les moyens de se défendre. En outre, les épouses-enfants vivent souvent avec la famille élargie de leur conjoint qui, d'ailleurs, peut être aussi à l'origine de violence dans des conditions de promiscuité.

Le bien-être psychologique et l'autonomisation de ces jeunes filles en souffrent également, dans la mesure où le mariage les empêche de vivre normalement leur enfance et leur adolescence. Elles sont aussi sujettes à davantage de violence psychologique et domestique ; à une privation de leur liberté personnelle ; et au manque de perspectives d'emploi et de carrière, tout en effectuant une scolarité incomplète – autant de facteurs qui contribuent à la nature cyclique de la pauvreté, de l'inégalité des sexes et du mariage d'enfants.

Le mariage des enfants, qui concerne particulièrement les filles à 85 %, occasionne :
  • L’abandon des études pour se consacrer à sa vie de mère et épouse ;
  • L’accès limité à un travail décent et exploitation dans le cadre d’un travail non rémunéré ;
  • Le risque accru de transmission du VIH : selon des données de 2013, 74 % des nouveaux cas d'infection par le VIH chez les adolescents africains concernent des filles, beaucoup dans le contexte du mariage où la pression pour avoir des enfants contribuent à la non-utilisation du préservatif ;
  • Les problèmes de santé dus aux grossesses précoces : chaque année, la mortalité maternelle liée à la grossesse et à l’accouchement entraîne la mort de 70 000 jeunes filles âgées de 15 à 19 ans dans le monde.

Phénomène rependu à travers le Monde

La majorité des mariages précoces ont lieu dans les pays en développement. Selon UNICEF, c'est en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud que la pratique du mariage précoce des filles est la plus répandue. L’Afrique de l’Ouest est la région du monde où la prévalence est la plus élevée. Parmi les dix pays enregistrant les taux les plus élevés de mariages précoces, la moitié se situe dans cette région. Le Niger et le Mali sont les plus concernés avec une prévalence respectivement de 77 % et 61 % de mariages précoces.


Loin d’être un phénomène endémique à l’Afrique, le mariage précoce est rependu dans le monde avec chaque année environ 12 millions de mineures mariées de force.

Des données de 2000-2009 indiquent que 19 % des femmes de la Région européenne de l'OMS âgées de 20 à 24 ans vivent avec un partenaire ou sont mariées avant l'âge de 18 ans, la République de Moldova, la Géorgie, la Turquie et le Tadjikistan accusent d'ailleurs les taux les plus élevés à cet égard.

Dans une publication de Morgane Rubetti, quelques 248.000 enfants et adolescents ont été mariés entre 2000 et 2010 aux États-Unis, où la moitié des États n'a toujours pas appliqué d'âge minimum pour le mariage (données de l'association Unchained at last). Certains états comme le New-Hampshire et la Caroline du Nord, permettent le mariage à partir de 13 et 14 ans. Dans 25 États, la loi ne prévoit aucun âge minimum. Des enfants peuvent se marier à condition d'avoir la bénédiction de leurs parents et le consentement d'un juge. L'âge minimum instauré dans la loi est d'ailleurs rarement définitif : la totalité des États accordent des exceptions. Une étude de 2016 du cabinet Pew Research a révélé que les mariages de mineurs entre 15 et 18 ans étaient plus fréquents dans les États du Sud, particulièrement en Virginie-Occidentale et au Texas.

Causes incitant au mariage précoce

Source : Shanta R. Dube
Certains facteurs, profondément ancrés dans la société, sont généralement montrés du doigt comme principales causes des mariages précoces, dont :
  • La peur du rejet social et de l’incapacité de prise en charge en cas de grossesse hors mariage ;
  • le faible niveau et l’échec scolaire favorisant la décision du mariage précoce ;
  • l’école accroît aux yeux des parents les risques de comportements prohibés par les communautés : mixité, harcèlement sexuel, y compris par des enseignants ;
  • le rejet d’un modèle de famille occidental très perverti selon certains. 

Petits avancés contre le mariage précoce

Malgré une baisse mondiale non négligeable des mariages d'enfants, des filles de plus en plus jeunes continuent d'être unies à des hommes plus âgés, dans des pays où les contextes religieux et traditionnels l'emportent sur la loi.

Néanmoins, c’est dernières années il y a eu quelques avancés légales avec notamment :
  • le Texas, État le plus touché avec 34.793 enfants mariés entre 2000 et 2010, selon Unchained at Last, où l'âge légal a progressé de 14 à 18 ans pendant l'été 2017. Il reste néanmoins possible de se marier dès 16 ans avec le consentement d'un juge ;
  • le premier octobre 2017, une nouvelle loi a pris effet dans le Connecticut bannissant le mariage en dessous de 16 ans. Auparavant, l'âge minimum était de 13 ans ;
  • des pays comme le Zimbabwe, la Tanzanie, la Gambie, le Malawi ou El Salvador ont récemment banni le mariage des enfants. 
La réalité des mariages précoces est plus complexe qu’il n’y paraît. Il faudrait approfondir les connaissances sur les logiques sociales qui ne sont pas forcément en lien avec la tradition mais qui sous-tendent le mariage précoce de même que pour élaborer avec les populations des réponses adaptées à leurs contextes locaux et qui n’apparaissent pas comme des injonctions occidentales.


Par Nadia TIH

AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here