LA METHANISATION, UNE SOLUTION MIRACLE ? - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

LA METHANISATION, UNE SOLUTION MIRACLE ?

Partager

LA METHANISATION, UNE SOLUTION MIRACLE ?


AGM-Energie    La propagande informationnelle nous encourage de jours en jours à un passage aux énergies vertes, énergies qui n'ont ni d'impacts négatifs sur votre santé, ni sur l'environnement et qui ne représentent pas une charge pour ce dernier, la technologie de l’avenir.


Pour ce faire, les agriculteurs disposent de trésors en grandes quantité et à moindre couts (les déchets agricoles) qui peuvent leurs permettre de réduire leurs consommations en énergies mais également de gagner de l’argent.


Les ordures et autres déchets, les restes, les gaz inutilisés, tous sont recyclés à travers différents systèmes parfois complexes pour canaliser l’énergie et la restituée sous forme de chaleur. Une alternative s’offre donc à eux : la méthanisation.

Comment ça marche…

La méthanisation agricole est un processus biologique qui permet de transformer des matières organiques en énergie renouvelable. Cette dernière est obtenue par la fermentation en absence d'oxygène (anaérobie) des bactéries présentes dans les déjections animales ou substrats de végétaux. Concrètement, les matières organiques sont stockées et brassées dans un digesteur maintenu à une température comprise entre 20 et 60° Celsius. La fermentation optimisée et accélérée produit un biogaz constitué à 40 % de gaz carbonique (CO2), 55 % de méthane (CH4) et 5 % de gaz divers. Celui-ci est ensuite brûlé pour produire de la chaleur, de l'eau chaude sanitaire ou de l’électricité. La décomposition n'est pas complète et laisse le digestat (en partie comparable à un compost).

Source: @Reporterre

Les déchets organiques utilisés pour la méthanisation sont d'origine variée. Il peut s'agir aussi bien de déjections d'animaux que de déchets issus de l'industrie agro-alimentaire, de résidus de culture ou de déchets verts. Une fois le processus achevé, il reste un résidu solide et liquide, le digestat qui peut ensuite être épandu sur des parcelles agricoles afin de servir d'engrais, ou comme amendement, pour l'équilibre des sols. En plus de réduire le recours aux engrais de synthèse, c’est un engrais d’excellente qualité facilement assimilable par les plantes.

Qu’en est-il vraiment de cette solution ?

Longtemps ventée comme solution miracle pour réduire drastiquement la quantité de déchets agricoles et ménagers mais également pour réduire nos consommations en énergies fossiles, cette technique fait face à plusieurs contestations.


Un réacteur de méthanisation ne produit pas que du méthane, mais aussi d’autres gaz toxiques voire mortels : NH3 (ammoniac), H2S (sulfure d'hydrogène ou hydrogène sulfuré). Et pour Daniel Chateigner, Professeur et Coordonnateur du Collectif Scientifique National Méthanisation raisonnée, ces autres gaz sont également source d'inquiétudes car le sulfure d'hydrogène est "non seulement toxique mais aussi très corrosif. A force, il peut percer les tubulures d’un méthaniseur et provoquer des fuites de méthane", a expliqué le professeur à 20 minutes.fr.


Au sortir du digesteur, le digestat apparaît, encore chaud, il dégage une odeur d’ammoniac bien prononcée. L'ammoniac quant à lui, pourrait réagir au contact de l'air et s'oxyder pour générer du protoxyde d'azote, "un gaz à effet de serre 300 fois plus puissant que le CO2", a souligné Daniel Chateigner au site Reporterre qui consacre une enquête complète à la méthanisation. Les gaz produits par le procédé ne sont néanmoins pas les seuls aspects dénoncés.


Pour certains, ce digestat est loin d'être sans danger pour les sols. Si "l'hygiénisation" est insuffisante, ce mélange peut receler de nombreuses bactéries, potentiellement résistantes, qui vont ensuite s'infiltrer dans les sols voire les nappes phréatiques, affirme à Reporterre Marie-Pascale Deleume, membre du groupe méthanisation d’Eaux et rivières de Bretagne.


A l'état brut, le digestat peut également être une source non négligeable de métaux lourds et d'autres résidus nocifs comme l'a montré une récente polémique autour du méthaniseur de Gramat situé dans le Lot. Des scientifiques affirment avoir observé, après épandage du digestat issu de cette installation, une forte chute de la population de collemboles, des insectes considérés comme des acteurs de la vie du sol.


La pollution de l’eau que nous buvons, la menace de la biodiversité des sols mais également les émissions de gaz à effets de serre, sont autant de facteurs qui devraient nous emmener à réfléchir à une meilleure production de gaz issu de la méthanisation.


Si l'utilisation de fertilisants issus de biodéchets est à encourager, les agriculteurs doivent prendre toutes les garanties pour veiller à leur qualité et éviter toute contamination. Il existe des techniques d’hygiénisation permettant un meilleur nettoyage du digestat. Aussi, les risques de rejet d’ammoniac dans l’air ou de pollution des eaux liés au digestat doivent être maîtrisés grâce à des règles strictes.


Nous reviendrons dans un prochain article pour traiter des aspects positifs de ce sujet.

 



Florence Alexandre OZENGA RETOWA

AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here