ONU : L’ASSEMBLEE GENERALE DECLARE 2021 COMME ANNEE INTERNATIONALE DES FRUITS ET LEGUMES - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

ONU : L’ASSEMBLEE GENERALE DECLARE 2021 COMME ANNEE INTERNATIONALE DES FRUITS ET LEGUMES

Partager

ONU : L’ASSEMBLEE GENERALE DECLARE 2021 COMME ANNEE INTERNATIONALE DES FRUITS ET LEGUMES



Le développement durable est devenu aujourd’hui une question préoccupante. Des pays ainsi que des défenseurs de l’environnement cherchent des moyens afin de sensibiliser le public en ce qui concerne les problèmes lié à la sécurité alimentaire des personnes. Les nations unis eux aussi considère que le seul moyen de protéger la santé humaine est de faire en sorte que la consommation de fruits et légumes fasse parti de son programme de développement.

@Pixabay

En effet, lors de son assemblée générale tenue le 15 décembre, 2021  a été proclamé année internationale des fruits et légumes par Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU. Il a souligné que les fruits et légumes sont le fondement d’une alimentation saine et variée car ils apportent à l’organisme une abondance de nutriment, renforce le système humanitaire et contribuent à réduire les risques de maladies.


L’assemblée générale des nations unis compte de ce fait examiner de plus près un secteur essentiel et réclamer l’adoption d’une approche holistique de la production et de la consommation, qui soit bénéfique pour la santé humaine et pour l’environnement. D’ailleurs, un sommet mondial sur les systèmes alimentaires se tiendra en 2021 afin de sensibiliser la communauté internationale et d’obtenir des engagements et des mesures qui, au niveau mondial, transformeront les systèmes alimentaires non seulement pour éliminer la faim, mais aussi pour faire reculer les maladies d’origine alimentaire, tout en soignant la planète.


Allant dans ce sens, force est de reconnaitre que des pays contribuent déjà à ce combat grâce à des sensibilisations et à des encouragements envers les populations concernant les métiers de l’agriculture. Au Sénégal par exemple, des efforts se font grâce à la production horticole concentrée principalement dans la bande littorale des Niayes et dans la vallée du fleuve Sénégal. Cette zone est créditée de plus de 60 % des récoltes, fournit : oignons, pommes de terre, carottes, chou vert, tomates cerises et de table, aubergines, laitue, piment tandis que la vallée du fleuve avec ses immenses potentialités est spécialisée dans la production de tomates industrielles, d’oignons et de patates douces. De plus, la région de Casamance et celle de Thiès assure l’essentiel de la production fruitière du Sénégal.


Selon le secrétaire des nations unis, le sommet qui se tiendra en 2021 sera un moment charnière de l’année internationale des fruits et légumes parce qu’il sera l’occasion d’inviter toutes les parties prenantes à redoubler d’efforts pour rendre les systèmes alimentaires plus inclusifs, plus résiliant et plus durables lit-on sur le site des nations unis.


Les systèmes alimentaires jouent un rôle important dans la lutte contre la faim, l’élimination de la pauvreté et la protection de notre planète. Mais, aujourd’hui, « l’augmentation démographique, l’urbanisation croissante, la raréfaction des ressources naturelles, la pollution agricole et le changement d’affectation des terres, les pertes et gaspillages considérables de nourriture et les effets des changements climatiques sont autant de facteurs qui mettent en évidence la fragilité de nos systèmes alimentaires, a indiqué le chef de l'ONU Antonio Guterres.



Amélia DACOSTA

Journaliste AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here