LES ALTERNATIVES AU PLASTIQUE FONT EXPLOSER LA CONSOMMATION D’EAU - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

LES ALTERNATIVES AU PLASTIQUE FONT EXPLOSER LA CONSOMMATION D’EAU

Partager

LES ALTERNATIVES AU PLASTIQUE FONT EXPLOSER LA CONSOMMATION D’EAU


Une nouvelle étude du WWF et du cabinet EY a passé au crible un panier de produits ne contenant que des alternatives aux emballages en plastique. Si le bilan carbone est bien meilleur, la consommation d'eau quant à elle explose de + 169 %. En cause, le système des consignes qui nécessite d'être standardisé et optimisé.


Achats en vrac ou à la coupe, savons solides, flacons réemployables et bouteilles consignées, les alternatives au plastique commencent à trouver leur place dans les rayons de nos magasins. Mais si elles permettent effectivement une réduction notable des déchets en plastique (- 96%) et des émissions de gaz à effet de serre sur l'ensemble du cycle de vie (- 48 %), elles sont en revanche beaucoup plus gourmandes en eau (+ 169 %). Ce sont les résultats d’une étude menée par le WWF et le cabinet EY, publiée récemment (1).


Un panier de neuf produits emballés avec du plastique a été comparé aux alternatives existantes. Les gâteaux, les surgelés, la lessive et les pâtes ont été choisis en vrac, le jambon à la coupe, l’eau remplacée par celle du robinet, le gel douche par un savon solide, et le lait et les yaourts ont été vendus dans des contenants consignés. Les bénéfices environnementaux les plus importants sont réalisés par l’eau, la lessive et les yaourts, grâce à la suppression du transport et du processus de fabrication des emballages plastiques.

Standardiser les contenants consignés

Mais deux produits plombent le bilan carbone du panier alternatif : les yaourts et le lait en raison de l’utilisation des consignes. En effet, les contenants consignés nécessitent un nettoyage régulier et une grande quantité d'eau. Pour progresser, les experts appellent à une standardisation des contenants réemployables et à un maillage des sites industriels (production, conditionnement et nettoyage) qui permettrait de raccourcir les distances de transport, simplifier l’organisation des chaînes logistiques et limiter l’effet du poids plus important des contenants réemployables.


Et les industriels vont devoir s'y mettre. Car la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire prévoit la fin de tous les emballages plastiques à usage unique d'ici 2040, alors que seuls 4 % d’entre eux sont aujourd’hui recyclés. Pour les aider à opérer cette transition, L’Oréal et une vingtaine d’entreprises internationales viennent de lancer Spice Tool, un outil de mesure visant à réduire l'impact environnemental des packagings cosmétiques à travers 16 indicateurs environnementaux. Il a pour visée de s'étendre à d'autres secteurs.


De son côté, l’association Foodwatch a lancé une campagne contre les emballages surdimensionnés et à moitié vides. Lipton, Léa Nature, Sojasun, Monoprix, Barilla, Carrefour et Leclerc : sept grandes marques françaises ont été épinglées avec des emballages vides parfois à 68 %. Certaines ont déjà réagi et promis de faire des efforts. Car au-delà de la tromperie sur la quantité effectivement vendue, c’est aussi un énorme gaspillage de plastique.

 

AGM

Source

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here