CONSERVATION DE L’ÉCOSYSTÈME DES MANGROVES, UN DÉFI QUE L’AFRIQUE DOIT RELEVER AU BÉNÉFICE DE SA POPULATION - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

CONSERVATION DE L’ÉCOSYSTÈME DES MANGROVES, UN DÉFI QUE L’AFRIQUE DOIT RELEVER AU BÉNÉFICE DE SA POPULATION

Partager

CONSERVATION DE L’ÉCOSYSTÈME DES MANGROVES, UN DÉFI QUE L’AFRIQUE DOIT RELEVER AU BÉNÉFICE DE SA POPULATION

Les mangroves, menacées par les impacts du changement climatique et les activités humains, sont des écosystèmes qui procurent des bénéfices aux populations en termes de sécurité alimentaire et de stockage de carbone. Elles contribuent également à la réduction des risques de catastrophes naturelles.

À l’occasion de cette journée internationale de la conservation de l’écosystème des mangroves, plusieurs actions citoyennes ont été menées au Sénégal, plus précisément à Mbambara dans la commune de Ndièbène Gandiol à travers des activités de reboisements de palétuviers et des échanges sur l’écologie.
Mangrove du Sénégal by @Curioso_Photography 
L’importance de cet écosystème a été magnifiée par les parties prenantes de cette journée. Les autorités par le biais du préfet ont rappelé que cette niche écologique favorable au développement d’espèces est bénéfique pour l’activité économique des populations particulièrement des femmes.

Bien avant cette célébration, l’agence sénégalaise de la reforestation et de la grande muraille verte avait déjà commencé une campagne de reboisement de 2000 hectares de mangrove dans le delta du Saloum et en Casamance. Le directeur de l’agence, Aly Haïdar a même indiquée qu’ils sont actuellement à 400 hectares de mangrove planté dont 250 hectares dans le delta du Saloum.

Quant au Cameroun qui a aussi des mangroves parmi les plus vastes en Afrique, abritant de superbes palétuviers et d’autres essences qui peuvent atteindre 40 mètres de hauteur, connais aussi ce phénomène de déforestation qui selon les chercheurs lui fait perdre environ 1% par an.

Pour les camerounais, cette journée est également une occasion pour sensibiliser les populations locales et les acteurs périphériques. C’est en raison de cela que le centre de recherche forestière internationale (CIFOR) intervient pour démontrer aux populations que l’avenir des mangroves du Cameroun dépend en grande partie de leur capacité de transformer la filière bois énergie.
By @skeeze
Le CIFOR investit dans le développement des technologies améliorées de fumage de poisson qui peuvent aider à réaliser de grandes économies de consommation de bois, à réduire la forte pression sur les ressources de la mangrove et ainsi améliorer les conditions de travail des femmes. Cela permettra aux producteurs et aux utilisateurs d’opter pour des options durables.

Aujourd’hui, la dégradation accélérée des mangroves dans certaines zones côtières du monde est devenue de plus en plus préoccupante.

Ainsi, concernant les problématiques de la question des mangroves, ils diffèrent d’un pays à l’autre en Afrique. Il est donc nécessaire de trouver le juste équilibre entre la préservation des mangroves et les autres facteurs qui contribuent à leurs destructions en Afrique.



Par Amélia DACOSTA
AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here