SCIENCES: LE DIKINSONIA RÉVÉLÉ ÊTRE LE PLUS VIEUX FOSSILE ANIMAL AU MONDE - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

SCIENCES: LE DIKINSONIA RÉVÉLÉ ÊTRE LE PLUS VIEUX FOSSILE ANIMAL AU MONDE

Partager

SCIENCES: LE DIKINSONIA RÉVÉLÉ ÊTRE LE PLUS VIEUX FOSSILE ANIMAL AU MONDE



Plus ancien que les dinosaures qui datent de 300 millions d’années, le dikinsonia, vivait il y a environ 560 à 555 millions d’année. Décrit pour la première fois en 1947 par Reg Sprigg (inventeur de la faune de l’Édiacarien en Australie), il est un animal classé dans l’embranchement des petalonamae et a été nommé en référence de Ben Dickinson qui était à l’époque directreur des mines de l’Australie-Méridionale. Cette espèce dont des résultats scientifiques démontrent qu’il est le plus vieux fossile macroscopique au monde, est en effet un genre précambrien d’organisme à corps moue emblématiques de la faune de l’ediacarien.

Cette espèce animale plate, ovale en forme d’œuf, globalement symétrique mais nervuré de manière alterné autour du grand axe, est difficilement comparable à celle des êtres vivants actuels. La plus part des interprétations le considéraient comme un animal, alors que d’autres suggéraient qu’il s’agissait d’un champignon voir d’un représentant d’un règne désormais éteint.

Des études publiés en 2018 par des chercheurs de l’université nationale australienne ont finalement montré que ce fossile est bien un animal. D’après eux, ils ont étudié des vestiges de molécules de différents fossiles et qu’ils ont pu identifier de cette manière une forme de cholestérol, biomarqueur signature de cellules animal.

Selon toujours les chercheurs, la croissance du dikinsonia s’effectue par adjonction de nouveaux isomères à partir des deux zones subterminales situé à  l’arrière de son axe médiane. Les études ont également montrés que l’absence du système digestif, de bouche et d’anus suggère que ces animaux benthiques consommaient les films bactériens tapissant l’ensemble des fonds marins, sans doute par digestion externe le long de leur surfaces ventrale comme chez les placozoaires actuels.    

Les paléontologues, qui étudient les êtres vivants disparus connaissent les dikinsonias depuis longtemps. Mais le professeur Philippe janvier directeur de recherche émérite au centre national de la recherche scientifique affirme qu’on en a  aussi trouvé des dikinsonias en Russie et en Namibie. Et, ses êtres gardent de nombreux secret qui doivent être découverts par les chercheurs. 



Par Amélia DACOSTA
Journaliste AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here