POLLUTION : L’ENVIRONNEMENT ENCORE MENACÉ PAR LES MASQUES A USAGE UNIQUE - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

POLLUTION : L’ENVIRONNEMENT ENCORE MENACÉ PAR LES MASQUES A USAGE UNIQUE

Partager

POLLUTION : L’ENVIRONNEMENT ENCORE MENACÉ PAR LES MASQUES A USAGE UNIQUE


Depuis que les autorités sanitaires et étatiques ont exigé le port de masque dans les pays touchés par la pandémie du coronavirus, un autre problème a encore surgi. L’environnement est menacé par cette nouvelle mode de protection appliqué en générale par les citoyens. En voulant protéger la population, les autorités n’ont pas mesuré l’impact que les masques à usage unique pourraient engendrer comme pollution.

Dans certains pays européens et même africains où la salubrité n’est pas tellement respectée, des masques sont souvent jetés par terre, dans les rues et se retrouvent même en mer. Une situation qui ne respecte pas les normes établies pour la protection de l’environnement et celles de la santé humaine.

Malheureusement, ce manque de civisme s’observe dans des grandes villes européennes et cela risque de se produire en Afrique si les mesures ne sont pas prises  à l’avance. Une situation qui préoccupe les acteurs de l’environnement car il faut savoir qu’un masque jeter dans la nature peu mettre 450 ans à disparaître.

C’est la raison pour laquelle la fondation tara océan tire la sonnette d’alarme pour dénoncer la situation. En effet, cette organisation environnementale a expliqué que des centaines de milliers de masques et de gant usagés se retrouvent dans les grands fleuves européens. Et comme l’obligation de porter un masque va se renforcer, les risques de pollution vont aussi s’aggraver.

Pour répondre à la préoccupation des ONG qui œuvrent dans le domaine de l’environnement, une société a trouvé une solution qui consiste à recycler les masques usagés pour les transformer en matière plastique. C’est ainsi que PLAXTIL donne une seconde vie aux masques.

Cette structure basé à Châtellerault récupère d’abord les masques, les décontamine et les transforme enfin en matière plastique. Cette nouvelle matière première est ensuite utilisée pour en faire d’autres objets comme des visières de protection, renseigne Jean Marc Neveu co-directeur de l’entreprise.

C’est dans le même sillage  que l’utilisation des masque en tissus est recommandé par d’autres ONG comme la fondation Surfrider. Ce message lancé par cette organisation  a également servi de leçon aux africains car ces dernier utilisent la majeur partie de ces masques produits localement pas des couturiers. Et avec ses protections, on contribue ainsi à diminuer les risques d’agression envers la nature.


Par Amélia DACOSTA
Journaliste AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here