Le carbone du sol face aux enjeux du climat et de la sécurité alimentaire - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Le carbone du sol face aux enjeux du climat et de la sécurité alimentaire

Partager

Le carbone du sol face aux enjeux du climat et de la sécurité alimentaire

Les sols représentent globalement un réservoir contenant trois fois plus de carbone que celui issu de la végétation qu’ils supportent et le double du carbone atmosphérique. Les sols représentent à la fois i) un lieu de stockage, c’estàdire un puits de carbone organique, et ii) une source par l’émission de CO2 vers l’atmosphère, gaz à effet de serre qui a une influence sur le changement climatique. 

A travers ses différentes fonctions écologiques (transformation du carbone, recyclage des éléments nutritifs, maintien de la structure du sol, régulation biologique,…etc.), les sols rendent plusieurs services écosystémiques et contribuent à la résilience et la durabilité environnementale. A propos des sols, Charles E Kellogg, scientifique américain de renom déclarait en 1938 : « Essentially, all life depends on the soil […] There can be no life without soil and no soil without life; they have evolved together. », que l’on pourrait traduire par  « Fondamentalement, toute vie dépend du sol […] Il ne peut y avoir de vie sans sol et pas de sol sans vie; ils vont de pair. »

Le carbone du sol est aujourd’hui un élément central dans la lutte contre le changement climatique, et la désertification, dans le défi de la sécurité alimentaire. Il est également un élément clé pour l’atteinte de plusieurs objectifs du développement durable et de la neutralité en matière de dégradation des terres. 
C’est dans cette perspective ambitieuse, que l’initiative 4 pour 1000 lancée lors de la 21e Conférence des Parties (COP21) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques à Paris en 2015 (https://www.4p1000.org/) et les travaux conjoints de Koronivia sur l'agriculture (COP23), placent l'agriculture au cœur des actions d'adaptation et d'atténuation du changement climatique et pour la sécurité alimentaire. En effet, il existe des preuves empiriques qui montrent qu’il est possible d’augmenter les stocks de carbone dans les sols par l’adoption de pratiques de gestion appropriées. Certaines pratiques comme :
  • l’agroforesterie ;
  • l’agriculture de conservation ;
  • le non labour ;
  • les apports d’amendements organiques ;
  • et bien d’autres, etc… ;

sont connues pour augmenter la taille du puits de carbone du sol, améliorer localement la santé du sol et la productivité agricole à long terme et atténuer globalement la concentration de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. Mais ces pratiques doivent aussi être adaptées aux contextes locaux, tant environnemental (ressources en sols, eau, biodiversité, matières organiques,…) que socio-économiques (ressources des exploitants, aversion aux risques, politiques publiques).
Aujourd’hui, le grand défi est de comprendre les mécanismes de stockage du carbone, d’appréhender la dynamique du carbone dans les sols. Mais aussi d’étudier les formes sous lesquelles ce carbone est stocké et d’identifier les pratiques de gestion qui permettent à la fois un stockage additionnel de carbone et d’augmenter le temps de résidence de ce carbone dans les sols. La compréhension des mécanismes de stockage permettrait de jouer sur les différents leviers de gestions des sols cultivés. Elle doit se faire par une recherche certes centrée sur les sols mais ouverte aux autres disciplines.

Il est donc crucial de préserver les sols en améliorant leur qualité et leur santé en adoptant des pratiques de gestions appropriées, ce qui in fine conduit à amélioration de la productivité des agroécosystèmes et à augmenter les stocks de carbone dans les sols contribuant ainsi à la sécurité alimentaire et à l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et à l’adaptation au changement climatique.

Par Oscar Pascal Malou
Doctorant à l’UCAD, ISE, Allocataire de Recherche IRD,
Laboratoire Mixte International
« Intensification Ecologique des Sols cultivés en Afrique de l’Ouest (IESOL) »
Dakar-Sénégal

AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here