FILIÈRE ANACARDE EN CASAMANCE: LES ACTEURS SE FÉLICITE DU BON DÉROULEMENT DE LA CAMPAGNE DE COMMERCIALISATION DES NOIX DE CAJOU - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

FILIÈRE ANACARDE EN CASAMANCE: LES ACTEURS SE FÉLICITE DU BON DÉROULEMENT DE LA CAMPAGNE DE COMMERCIALISATION DES NOIX DE CAJOU

Partager

FILIÈRE ANACARDE EN CASAMANCE: LES ACTEURS SE FÉLICITE DU BON DÉROULEMENT DE LA CAMPAGNE DE COMMERCIALISATION DES NOIX DE CAJOU

La phase pilote de commercialisation des noix de cajou, officiellement débuté le 27 mai 2020 poursuit son chemin. La date limite de la vente des noix brutes a été prévue le 30 septembre  prochain en Casamance, plus précisément dans les régions de Kolda, Sedhiou et Ziguinchor.

en effet, c’est à travers la loi 2017-29 du 14 juillet 2017 que l’Etat du Sénégal a introduit le système de récépissé d’entrepôts de marchandises afin de lutter contre les pertes post-récolte. Ce dispositif qui a connu des succès pendant trois ans  dans d’autres filières comme le riz est testé cette année sur la commercialisation des noix de cajou dans les régions sud de la Casamance.

Aujourd’hui, ce système va permettre également aux producteurs de noix de cajou brute de progresser dans leurs activités. Le projet est actuellement à mi-parcours mais des résultats appréciables sont notés par Maguette Ndoye, codonateur  du système de récépissé d’entrepôt. Selon lui, la phase pilote a enregistré 2057 tonnes dans trois entrepôts pour une valeur estimé a un peu plus de 850 millions de francs CFA, basé sur un prix de 425 FCFA, le kilogramme de noix brute de cajou, contrairement à l’année dernière ou le prix tournait autour de 300 FCFA. Ce stock est réparti entre les entrepôts de Kolda (31,81% des stocks, ou  700 tonnes), Sedhiou (22,72%, où 500 tonnes) et de Ziguinchor (38,95%, soit 857 tonnes).

Retenons que l’anacarde est en plein essor en Casamance et la zone d’intervention de la phase pilote couvre une superficie moyenne de 18000h hectares. Cette surface a été répartie entre les régions naturelles de Kolda (8000 ha), Sedhiou (7000ha) et Ziguinchor (3000ha), soit 80% des plantations d’anacarde au Sénégal.

Bien que la production ne soit pas abondante cette année, les producteurs locaux ne se plaignent pas car le prix de cette année est meilleur que celui de l’an dernier. Et surtout en cette période ou le monde est frappé par la pandémie du corona virus, beaucoup d’entre eux n’avaient pas l’espoir que la vente allait se passer dans de bonnes conditions. Ils étaient inquiets parce qu’ils n’avaient pas encore vu leur habituels clients indiens et mauritaniens pendant la période du confinement.

D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle des experts avaient avancé qu’une mévente pourrait couter 50 milliards de francs CFA soit une somme de 76,1 million d’euro aux acteurs de la filière.


Par Amélia DACOSTA
Journaliste AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here