Les forêts sont essentielles pour la pollinisation dans l’agriculture et la biodiversité (FAO) - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Les forêts sont essentielles pour la pollinisation dans l’agriculture et la biodiversité (FAO)

Partager

Les forêts sont essentielles pour la pollinisation dans l’agriculture et la biodiversité (FAO)

Les forêts et les arbres sont essentiels pour promouvoir la pollinisation des abeilles, des papillons et des autres animaux. Il est urgent de lutter contre la dégradation des habitats et de protéger la biodiversité, estime un nouveau rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) publié mardi.

« Les forêts abritent des abeilles sauvages, des chauves-souris, des papillons et d'autres pollinisateurs et sont essentielles pour protéger les écosystèmes, la biodiversité et la production agricole et donc indispensable à notre sécurité alimentaire », a déclaré Tiina Vahanen, cheffe de la Division des ressources et des politiques forestières à la FAO.

Selon Mme Vahanen, un déclin des pollinisateurs aurait un impact sur la régénération des forêts en réduisant la diversité génétique des arbres de la forêt, leur résilience et leur potentiel d'adaptation.

Le rapport, produit par la FAO et Bioversity International, a pour ambition de sensibiliser le public au rôle des pollinisateurs dépendants des forêts et à leurs bienfaits. Il est destiné aux gestionnaires de forêts, aux planificateurs paysagers et aux responsables politiques travaillant sur l'utilisation des terres.

Plantes sauvages et cultures alimentaires impactées

De nombreux pollinisateurs dépendent fortement des forêts pour la nidification et le butinage. Le rapport indique cependant que la déforestation ou la fragmentation du paysage associés au changement climatique ont eu un impact sur leur rôle avec un effet en cascade sur la durabilité des écosystèmes, sur la sécurité alimentaire et sur les moyens d'existence.
L’étude indique que près de 88% du fleurissement de plantes sauvages est possible grâce aux pollinisateurs et plus de 70% des cultures alimentaires mondiales tirent profit de la pollinisation animale.

Lorsque le pollen est transporté d'une plante à l'autre par des abeilles et par d'autres insectes, ces derniers permettent de produire des fruits, des noix et des semences et favorisent une plus grande variété de ces cultures et une meilleure qualité, contribuant ainsi à la nutrition et à la sécurité alimentaire.

Les changements dans l'utilisation des sols et les pratiques de gestion de terres peuvent contribuer à fragmenter et à dégrader les habitats des pollinisateurs.

Gérer les forêts pour préserver les pollinisateurs sauvages

Les pollinisateurs sauvages fournissent des services de pollinisation importants aux plantes qui ne peuvent pas être remplacés par des abeilles d'élevage.
Damien Bertrand, spécialiste des forêts à la FAO et co-auteur du rapport, a ainsi souligné que la gestion des forêts et du paysage avait joué un rôle essentiel en assurant la viabilité des pollinisateurs.

« Un abattage sélectif, un élagage sélectif et un brûlage dirigé, effectués de manière à améliorer l'hétérogénéité des communautés d'arbres, auront probablement des effets positifs sur les pollinisateurs et sur la biodiversité forestière », a-t-il précisé.

« Nous devons assurer la disponibilité en continu des pollinisateurs et par conséquent améliorer la résilience et la productivité de la foresterie et de l'agriculture », a-t-il ajouté.
Le rapport de la FAO recueille plus de 35 études de cas dont une qui a établi un lien solide entre la diversité des abeilles et le couvert forestier dans le secteur du café au Brésil tandis qu'une autre au Costa Rica a révélé que certaines espèces d'abeilles se trouvaient uniquement au sein d'habitats forestiers.

Les habitats urbains abritent une grande diversité de pollinisateurs


Malgré l’idée reçue que l'urbanisation a provoqué une baisse du nombre de pollinisateurs, les habitats urbains sont également connus pour abriter une grande diversité de pollinisateurs, parfois plus qu'ailleurs.

La gestion des forêts urbaines peut jouer un rôle important en soutenant les communautés de pollinisateurs dans les environnements péri-urbains - et en fournissant d'autres bienfaits propres à la foresterie urbaine.

Selon le rapport l'hétérogénéité et la connectivité des habitats sont essentiels afin de promouvoir la diversité des pollinisateurs et leur abondance. 

L’étude appelle à en faire davantage en s'appuyant notamment sur les connaissances autochtones et locales et en impliquant les conservateurs des terres et les acteurs du secteur pour parvenir à une gestion des terres plus favorables aux pollinisateurs.

Le rapport a été publié alors que la FAO et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) se préparent à mener conjointement à partir de 2021, une Décennie des Nations Unies dédiée à la restauration des écosystèmes et que plusieurs pays travaillent à mettre en place un cadre de travail mondial sur la biodiversité post-2020.

La FAO a célébré la Journée mondiale des abeilles le 20 mai dernier. A cette occasion, elle a souligné l'importance de la production d'abeilles et du secteur apicole pour soutenir les communautés rurales et améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle.



AGM
Source

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here