FILIÈRE LAITIÈRE : LE SÉNÉGAL VERS UNE VALORISATION DU LAIT LOCALE POUR RÉDUIRE LES IMPORTATIONS - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

FILIÈRE LAITIÈRE : LE SÉNÉGAL VERS UNE VALORISATION DU LAIT LOCALE POUR RÉDUIRE LES IMPORTATIONS

Partager

FILIÈRE LAITIÈRE : LE SÉNÉGAL VERS UNE VALORISATION DU LAIT LOCALE POUR RÉDUIRE LES IMPORTATIONS


Le Sénégal se bat depuis des années pour valoriser la filière laitière. Ce projet, inscrit dans le programme du plan Sénégal émergent veut lutter contre l’importation de la poudre de lait consommé par la population. De ce fait, le ministre de l’élevage et des productions animales Samba Diobène KA souhaiterait que le pays atteigne une autosuffisance en cette denrée de première nécessité.

En France où s’est déroulé le SIA (salon international de l’agriculture), un solide partenariat  est envisagé par le gouvernement sénégalais avec les producteurs laitiers français pour une création de coopérative de producteur de lait. Selon le ministre de l’élevage Samba Ka, le Sénégal veut  s’inspirer de la dynamique française afin d’organiser les producteurs en coopérative allant dans le sens de réduire la facture laitière nationale. Cette dernière tourne autour de 60 milliards de franc CFA assure-t-il dans les informations données par l’APS.

Sachant que les sénégalais sont de grands consommateurs de lait, ce projet pourrait en effet contribuer à la réduction de l’utilisation de la poudre de lait importée qui est d’ailleurs estimé à 99% selon certaines sources contactées.  Suivant ces mêmes sources, elles indiquent que les laiteries basées à Dakar ne jouent aucun rôle pour le développement du sous-secteur de l’élevage sauf celle du Berger établie à Richard Toll car elle est la seule à utiliser le lait local pour la fabrication de ses produits.

Pour encourager ce secteur dont le budget de cette année 2020 est estimé à plus de 25 milliards de francs CFA, le ministre en charge de l’élevage compte aider les producteurs nationaux et les éleveurs à mettre en place des structures communes pour mutualiser les faibles moyens dont disposent les uns et les autres. C’est pourquoi il a pensé à ces coopératives qui permettront aux éleveurs sénégalais de s’atteler à la collecte, à la transformation et à la commercialisation des produits laitiers.

Bien vrai que le ministre Samba KA a de grands projets pour la production laitière dans ce pays, mais il faut aussi reconnaitre qu’il faut d’abord franchir certains obstacles pour y arriver. Pour se faire, il faut d’abord revoir la qualité du régime alimentaire des animaux. Cette idée a une fois été donnée par le professeur Demba SOW qui disait dans un article signé par agroalimentaire.sn que pour produire beaucoup de lait, il faut de l’eau en permanence et suffisamment de nourriture riche en sucre et en protéines avec des laitières en stabulation. Il a d’ailleurs révélé que l’eau est le premier constituant pondéral du lait car cette dernière contient 87% d’eau.

L’intention du ministre de l’élevage est d’une importance capitale car, en coopérative, les éleveurs pourront voir leurs revenues augmenter significativement et cela constituerait un  meilleur moyen d’éviter les importations et faire la promotion à la consommation des produits locaux.

Par Amélia Dacosta
Journaliste stagiaire

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here