Le charbon de bois : une question brûlante - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Le charbon de bois : une question brûlante

Partager

Le charbon de bois : une question brûlante


Des études (en anglais) ont identifié la production de charbon de bois comme l'un des principaux moteurs de la déforestation et de la dégradation des forêts en Zambie. Les méthodes traditionnelles de fabrication du charbon de bois entraînent de fortes émissions de carbone et constituent un gaspillage des ressources en bois.

"Évidemment, je préférerais ne pas produire de charbon de bois. C'est mauvais pour ma santé, mais c'est aussi nocif pour les femmes qui l'utilisent pour cuisiner et cela détruit la forêt", regrette l'un des membres de l'Association Choma Charcoal en Zambie. "Mais que pouvons-nous faire d'autre ? La réalité est que nous en dépendons encore, surtout maintenant que nous connaissons une grave sécheresse. L'un des barrages est vide et l'électricité se fait rare, si bien que plus de gens dépendent du charbon de bois que jamais  auparavant. Moi-même, je ne peux pas cultiver à cause du manque d'eau et j'ai besoin de survivre et donc, donc j'ai recommencé à produire du charbon de bois."

Sous la direction de Mercy Mupeta Kandula, l'agent forestier provincial de Choma, en collaboration avec le Département forestier du Ministère des terres et des ressources naturelles de Zambie et le Forest and Farm Facility (en anglais), les producteurs de charbon de bois ont été sensibilisés à l'illégalité de la combustion du charbon de bois et formés à des méthodes améliorées.
Photo : Mercy Mupeta Kandula
" Nous avons impliqué les producteurs de charbon de bois dans les programmes d'établissement et de régénération des parcelles boisées, et nous avons également mis en place un système de garantie participatif pour certifier la production durable de charbon de bois. Le lien avec REDD+ est clair : nous aidons à réduire l'un des moteurs de la déforestation en améliorant les méthodes de production durable, en réduisant la nécessité de couper des arbres et en réduisant les émissions de carbone", explique Mercy Mupeta Kandula.

Le Programme ONU-REDD est le Programme de collaboration des Nations Unies sur la réduction des émissions dues au déboisement et à la dégradation des forêts (REDD+) dans les pays en développement (en anglais). Le Programme a été lancé en 2008. Il s’appuie sur le rôle fédérateur et l’expertise technique de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). Le Programme soutient les processus REDD+ menés au niveau national et encourage la participation éclairée et significative de toutes les parties prenantes, y compris les peuples autochtones et autres communautés dépendantes des forêts, à la mise en œuvre nationale et internationale de la REDD+. En outre, le programme soutient les efforts nationaux de préparation à la REDD+ dans 65 pays partenaires, en Afrique, en Asie-Pacifique et en Amérique latine.
Photo d'un four amélioré
"Nous avons introduit un four amélioré dont la cheminée est faite de tambours", affirme le formateur Kelvin Phiri. "La façon traditionnelle de produire du charbon de bois consiste à couper de grosses bûches de bois dur, à les sabler et à les mettre au feu. Ensuite, elles brûlent sans oxygène pendant quelques jours et produisent du charbon de bois. Grâce au système amélioré, nous nous contentons d'élaguer les arbres, de ne prendre que les petites branches, de les mettre dans le four amélioré, de le sceller avec du sable et de le laisser brûler. La grande différence est que dans l'ancienne méthode, le carbone est retenu dans le charbon de bois, alors qu'avec le four à cheminée, le carbone reste dans les tambours, ce qui est moins nocif pour le producteur et l'utilisateur. Lors du nettoyage des tambours, nous reversons le carbone dans le sol".
Sur la photo : Kelvin Phiri
"Le soutien de la Forest and Farm Facility est unique en Zambie", se réjouit George Okech, le représentant de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture en Zambie. "Cette façon durable de produire du charbon de bois permet de réduire les émissions en plus d'être bénéfique à l'environnement. Cette approche mérite d'être également étendue à d'autres provinces".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here