Rallier l’Arctique à l’hydrogène, le défi de la mobilité durable - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Rallier l’Arctique à l’hydrogène, le défi de la mobilité durable

Partager

Rallier l’Arctique à l’hydrogène, le défi de la mobilité durable

En juin dernier, nous avions rencontré Victorien Erussard et Jérôme Delafosse, respectivement capitaine et chef d’expédition d’Energy Observer, le premier navire hydrogène autonome en énergie. Cet été, ils ont relevé un défi unique : rallier l’Arctique uniquement grâce aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, et ainsi montrer la voie de la mobilité de demain. Retour sur cet exploit à l’occasion de l’anniversaire des Objectifs de Développement Durable.

Le bateau a donc atteint le Spitzberg en Arctique, la plus grande île de l’archipel du Svalbard et lieu habité le plus septentrional au monde. Il a glissé entre les glaciers, dans un silence poétique qu’aucun autre équipage n’avait connu auparavant. Une expérience unique et une grande fierté : celle d’avoir parcouru les 5700 kilomètres qui le séparaient de sa précédente escale, à Saint-Pétersbourg, sans émettre de CO2 ni de particules fines, et sans pollution sonore perturbante pour les écosystèmes.

Une première donc : même les voiliers sont équipés de moteurs thermiques et les expéditions polaires ont depuis toujours été très gourmandes en énergie fossiles, qu’il s’agisse de charbon à leurs débuts ou de gasoil plus récemment. Dans des conditions climatiques extrêmes et des eaux à 5°C, la performance d’Energy Observer n’est pas anecdotique et a mobilisé à bord de sérieux efforts de recherche et développement.

Un laboratoire flottant des clean tech

Le navire, qui a entrepris son tour du monde en 2017, est en effet un laboratoire flottant des clean tech. Pour parvenir jusqu’à cette lointaine destination au climat polaire, il a fallu améliorer le fonctionnement des ailes de propulsion éoliennes Oceanwings®, faire évoluer le système informatique afin d’optimiser l’utilisation de l’énergie à bord, et se montrer fin stratège face aux vents tournants, à un ensoleillement très faible et à des courants changeants. L’hydrogène a joué un rôle clé en palliant l’intermittence des énergies renouvelables (ENR) pour garantir l’autonomie énergétique du bateau quelles que soient les conditions. 

Arriver ainsi au Spitzberg était la démonstration que le mix énergétique exploité à bord constitue une véritable alternative aux énergies fossiles, et nous interroge sur notre manière de penser la mobilité. Au-delà des considérations purement technologiques, la transition énergétique vers le renouvelable induit un nouveau paradigme de cette mobilité, où l’on compose avec les lois dictées par la nature.
L’urgence de ralentir, c’est peut-être l’impératif qu’il va nous falloir admettre pour tâcher de réduire de 45% d’ici à 2030 nos émissions de CO2

Ainsi Energy Observer produit l’énergie qu’il consomme, se déplace à la vitesse que les ENR lui permettent d’atteindre, et adapte son mix énergétique en fonction des conditions météo. Une proposition pleine de bon sens dans ce monde où la recherche obstinée de vitesse vient à bout des ressources de la planète, où l’être humain utilise des ressources non-renouvelables comme si elles étaient infinies. L’urgence de ralentir, c’est peut-être l’impératif qu’il va nous falloir admettre pour tâcher de réduire de 45% d’ici à 2030 nos émissions de CO2 pour tenter de rester sous la barre d’1,5°C d’augmentation de température par rapport à l’ère préindustrielle.

Le Spitzberg, ground zero du changement climatique

Cette performance technologique s’accompagne d’une symbolique forte. Car en atteignant le Spitzberg, Energy Observer s’est rendu au « ground zero » du changement climatique, particulièrement palpable dans cette région avec un paradoxe : dans cette région très isolée du monde, les effets du changement climatique sont plus visibles que n’importe où ailleurs. La température y a augmenté deux fois plus vite que la moyenne mondiale.

 C’est le fait de ce qu’on appelle l’amplification polaire. En moins de 20 ans, l’Arctique a perdu 1,6 million de km2 de glace. Et les habitants du Spitzberg accusent le coup. Ils ne traversent plus le fjord à pied sur la glace, où il n’y pas plus que de l’eau. Certains se voient contraints de quitter leur maison, menacée par l’érosion. Les glaciers fondent, accélérant la montée des eaux, et glissent anormalement vite, à la dérive.

L’équipage d’Energy Observer a accueilli à son bord la glaciologue Heïdi Sevestre. Dans des vidéos mises en ligne par l’équipe, elle rappelle la fonction essentielle des glaciers dans la chaîne alimentaire, dont ils sont même la base, en milieu marin. Leur disparition entrainerait l’appauvrissement de toute la biodiversité marine.

Autre conséquence du réchauffement climatique sous ces latitudes : la fonte du permafrost. À deux degrés de plus que les températures préindustrielles, c’est ce sol millénaire gelé qui se mettrait à fondre, libérant le méthane qu’il renferme, et avec lui l’équivalent de 130 à 160 gigatonnes de CO2.

De quoi anéantir purement et simplement la totalité des espèces vivantes sur terre. C’est pourquoi Victorien Erussard et Jérôme Delafosse se sont fait l’écho de ce qu’ils ont pu observer au Spitzberg, lançant un appel au G7 qui se tenait au même moment, et rappelant conjointement l’urgence d’agir sur fond d’optimisme : les solutions existent, et il est temps de les mettre en œuvre.

Incarner les solutions

Ces solutions, Energy Observer les incarne à son bord mais s’emploie également à les débusquer aux quatre coins du globe, au gré de ses escales. Un média dédié, Energy Observer Solutions, a vocation à les mettre en lumière. On peut y découvrir, dans de courtes vidéos, une centrale solaire marocaine gigantesque, un système de production d’énergie houlomotrice, des formations à l’apiculture à destination des maltais ou encore une mini-station de stockage d’énergie corse permettant de fournir des énergies renouvelables aux zones rurales isolées.

Les solutions existent, faire un tour sur cette plateforme est éloquent

Les solutions existent, faire un tour sur cette plateforme est éloquent. Partout dans le monde, des pionniers innovent pour mettre en œuvre les 17 Objectifs de développement durable établis par l’ONU. Car Energy Observer est le premier ambassadeur français de ce programme, qui fête le 25 septembre son 4ème anniversaire.

Agir pour l’égalité des sexes, éradiquer la pauvreté, produire une énergie propre … autant d’objectifs incarnés dans cette web-série qui comptera 1000 épisodes à la fin du périple et dressera un vaste panorama des alternatives qui nous permettront de faire face aux défis sociaux et environnementaux de l’époque. Car une transition énergétique et écologique durable devra être accompagnée de changements sociétaux et culturels profonds… ou ne sera pas.

A.G.M

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here