Préservation des forêts du Bassin du Congo : la Norvège octroie cent cinquante millions de dollars au Gabon - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Préservation des forêts du Bassin du Congo : la Norvège octroie cent cinquante millions de dollars au Gabon

Partager

Préservation des forêts du Bassin du Congo : la Norvège octroie cent cinquante millions de dollars au Gabon


L'appui financier, attribué en marge du sommet « Action climat 2019 », entre dans le cadre de l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (Cafi).

Le Gabon, premier pays d’Afrique à recevoir une contribution financière pour la préservation de sa forêt, poursuivra grâce à l'enveloppe reçue la lutte contre le changement climatique.
Les efforts consentis par ce pays sont valorisés à travers un contrat de dix ans pour la réduction de ses émissions des gaz à effet de serre dues à la déforestation et à la dégradation, et pour l’absorption du dioxyde de carbone de ses forêts naturelles.

L’accord inclut un signal important en fixant le prix plancher du carbone à dix dollars la tonne lorsque les résultats sont certifiés 1 et à cinq dollars dans le cas contraire.
« L’accord prend correctement en compte le statut particulier du Gabon en tant que pays à forte couverture forestière et à faible taux de déforestation. Le pays est recouvert à 88% de forêts et j’espère que notre partenariat pourra les aider à atteindre leur objectif de maintenir 98% de ce couvert forestier à l’avenir », explique Ola Elvestuen, ministre norvégien du Climat et de l’environnement dans un communiqué.

Pour Lee White, ministre gabonais de la Forêt, de la mer, de l’environnement, chargé du Plan climat, le Gabon doit augmenter la valeur de ses forêts tropicales afin de donner des garanties sur le caractère durable de la conservation et l’exploitation. Car, souligne-t-il, « le consentement de la Norvège à doubler le prix de la tonne de dioxyde de carbone des forêts tropicales dans cet accord est très important et nous permet d’espérer que la communauté internationale s’acheminera vers un prix réaliste, qui incitera véritablement les pays forestiers à suivre notre exemple ».

Ceci, poursuit-il, doit être utilisé comme outil pour améliorer le niveau de vie de la population gabonaise en créant des emplois et des moyens de subsistance, tout en préservant les trésors naturels et les écosystèmes riches en biodiversité.

Le Gabon a préservé la majorité de sa forêt vierge protégée depuis le début des années 2000 en créant treize parcs nationaux, dont l’un est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Le pays a considérablement progressé dans la gestion durable de ses ressources en bois hors des parcs. En conséquence, alors qu’il ne possède que 12% des forêts du bassin du Congo, le pays héberge près de 60% des éléphants de forêts qui subsistent en Afrique- un indicateur clé de la bonne gestion des ressources naturelles.

Le sommet « Action Climat 2019 », convoqué à New York par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Gutteres, visait à présenter des plans réalistes pour le renforcement des contributions déterminées au niveau national d’ici à 2020, afin de parvenir à zéro émission nette de gaz à effet de serre au milieu du siècle.

A.G.M

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here