Bénin: Programme de Gestion intégrée de la production et des déprédateurs en Afrique - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Bénin: Programme de Gestion intégrée de la production et des déprédateurs en Afrique

Partager

En Afrique, le programme de gestion intégrée de la production et des déprédateurs (GIPD) met en œuvre des projets aux niveaux national et régional à travers des partenariats avec une variété d’acteurs, dont des organisations de producteurs, des ONG et des agences gouvernementales. Le programme GIPD travaille avec des communautés de petits exploitants agricoles pour améliorer la productivité et les moyens de subsistance par le biais de pratiques écologiquement durables.



Bénin

Environ 80 pour cent des 10,3 millions de Béninois gagnent leur vie grâce à l’agriculture. La plupart sont des agriculteurs de subsistance qui cultivent de petites parcelles familiales. Mais le manque d’infrastructure et les inondations, qui peuvent anéantir les récoltes et les stocks de semences, ne sont que quelques-uns des défis auxquels sont confrontés les producteurs.

La production nationale de riz ne suffit pas à la demande, ce qui oblige le Bénin à dépendre des importations pour combler la différence. Les agriculteurs, cependant, n’utilisent qu’une fraction des terres disponibles qui pourraient être adaptées pour la culture du riz. Pour y remédier, le gouvernement a fait de l’augmentation de la production de riz une priorité.

Le coton est la plus importante culture commerciale du Bénin, il contribue à environ 35 pour cent des recettes d’exportation du pays et fournit un revenu à près de 3 millions de personnes. Toutefois, la productivité et la rentabilité du coton ont baissé ces dernières années, en partie à cause de mauvaises pratiques de gestion – des défis qui ont besoin d’être abordés par les décideurs du pays.


Le programme GIPD au Bénin

Le programme, actif depuis 2007, est en ligne avec les politiques et priorités nationales en matière de développement agricole, de sécurité alimentaire et de réduction de la pauvreté.

Le principal objectif du programme est d’aider les agriculteurs à diversifier et à accroître durablement la production agricole, tant pour la consommation du ménage que pour la vente. À cette fin, la GIPD sensibilise les agriculteurs aux risques élevés associés aux nombreux pesticides couramment utilisés et les encourage à adopter des pratiques alternatives permettant de réduire l’incidence des ravageurs et de recourir prioritairement aux bio pesticides relativement non-toxiques.

Par le biais des champs écoles des producteurs (CEP), le programme aide également les agriculteurs à adopter des pratiques agronomiques améliorées, telles que la fertilisation équilibrée et l’espacement optimal entre les plants pour accroître la production de coton, de riz et de légumes. De telles pratiques peuvent également permettre aux agriculteurs de réduire la quantité d’intrants coûteux utilisée, comme les semences et les engrais. Le résultat global recherché est une productivité et un profit plus élevés avec moins de risques pour la santé humaine et environnementale.

Grâce à ce programme, les agriculteurs ont commencé à diversifier leurs systèmes d’exploitation agricoles. De nombreux agriculteurs des CEP, par exemple, cultivent maintenant une combinaison de coton, maïs et soja. De tels systèmes peuvent permettre d’améliorer simultanément le bien-être économique et nutritionnel des agriculteurs, tout en restaurant la fertilité du sol et la résilience écologique dans son ensemble.

Le programme a formé un total de 9 590 agriculteurs. Vu son succès, d’autres programmes et projets agricoles nationaux adoptent désormais une approche CEP.


Par Axel Kenji

Source: FAO



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here