France: EN 2020, L’ÉOLIEN TERRESTRE ET LE SOLAIRE SERONT MOINS CHERS QUE LE CHARBON, LE PÉTROLE OU LE GAZ - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

France: EN 2020, L’ÉOLIEN TERRESTRE ET LE SOLAIRE SERONT MOINS CHERS QUE LE CHARBON, LE PÉTROLE OU LE GAZ

Partager
Mardi 25 juin, le projet de loi Énergie-Climat passe en première lecture à l'Assemblée nationale. L'enjeu pour la France est d'accélérer sur les énergies renouvelables alors que leur coût de production est en baisse continue. Selon un nouveau rapport de l'Irena, dès 2020, l’énergie éolienne terrestre et le solaire photovoltaïque seront majoritairement produits à un coût inférieur à toute nouvelle option de centrale à charbon, à pétrole ou à gaz. Et cela sans soutien financier.



Moins de 50 euros le mégawattheure, c’est le tarif proposé par EDF pour emporter l’appel d’offres sur le développement d’un parc d’éoliennes en mer à Dunkerque. C’est trois fois moins que les prix négociés avec le gouvernement en 2012 sur les précédents projets. "Il s’agit ainsi d’un tarif comparable aux meilleurs résultats européens, qui démontre la compétitivité de la filière française de l’éolien marin", note le ministère de la Transition écologique dans un communiqué, en précisant que le parc devrait être opérationnel en 2024.

Cette nouvelle s’inscrit dans la tendance à la baisse du coût des énergies renouvelables. Selon un nouveau rapport publié par l’Agence internationale de l’énergie renouvelable (Irena) fin mai, les énergies renouvelables sont déjà la source d’électricité la moins chère dans de nombreuses régions du monde, leur coût global ayant baissé de 10 % entre 2017 et 2018.



Pas besoin de soutien financier

Cette trajectoire à la baisse devrait se poursuivre au cours de la décennie à venir, précise l’Irena, en particulier pour le solaire et l’éolien. "Plus des trois quarts de l’énergie éolienne terrestre et quatre cinquièmes de la capacité solaire photovoltaïque qui sera mise en œuvre l’année prochaine produiront de l’électricité à un coût inférieur à toute nouvelle option de centrale à charbon, à pétrole ou à gaz". "Plus important encore, ces projets n’auront pas besoin de soutien financier", insiste l’agence basée à Abou Dabi.

Le solaire et l’éolien terrestre sont déjà disponibles pour un coût compris entre trois et quatre centimes de dollar du kilowattheure dans les régions possédant de bonnes ressources ou des cadres réglementaires et institutionnels favorables comme au Mexique, au Pérou, ou encore en Arabie saoudite. Entre 2010 et 2017, les coûts de la production d’électricité issue du solaire ont chuté de 73 % et ceux de l’éolien marin de 23 %.

Mais malgré des coûts de production à la baisse, le développement des renouvelables est encore trop lent. La France fait ainsi partie des pays "en retard". Alors qu’elle s’est fixée un objectif de 40 % d’électricité produite à partir de sources renouvelables à l’horizon 2030, le pays n'est qu'à 22,7 %. Au niveau mondial, c’est la première fois, depuis 2001, que la croissance n’accélère pas d’une année sur l’autre (+177 gigawatts). Or, selon les calculs de l’Agence internationale de l'énergie (AIE), les énergies renouvelables doivent croître de 300 gigawatts par an, en moyenne, entre 2018 et 2030, pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris.


Source: novethic.fr

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here