Energie hydraulique - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

L’énergie hydraulique en Afrique subsaharienne



Avec environ 35% de la population qui avait accès à l’électricité en 2000, l’Afrique présente les taux d’électrification les plus faibles du monde en voie de développement. Pourtant ce continent regorge d’immenses potentialités pour produire l’électricité nécessaire à son émergence économique. Une des richesses dont il dispose est son potentiel hydroélectrique qui représente environ 10% du potentiel hydroélectrique mondial. En guise de comparaison, ce potentiel correspond à la consommation énergétique (pas uniquement électrique) annuelle de la France, l’Allemagne, la Grande Bretagne et l’Italie réunies. Au-delà du fait que la République Démocratique du Congo (110 000MW) à elle seule, concentre environ 50% de ce potentiel, toutes les régions d’Afrique subsaharienne sont dotées d’atouts leur permettant de développer des installations hydroélectriques.
Ainsi l’Afrique de l’Ouest, qui abrite un quart des cours d’eau du continent, dispose d’un potentiel de 25 000 MW dont environ le quart se trouve en Guinée. En 2007, seulement 16% de ce potentiel était exploité mais plusieurs projets de développement de barrages hydroélectriques actuellement en cours permettront d’augmenter ce taux. Ce sont entre autres, les barrages de Soubré en Côte d’Ivoire (270 MW), de Bui au Ghana (400 MW), de Kaléta (240 MW) et de Koukoutamba (280 MW) en Guinée.
L’Afrique Centrale est la région de tous les paradoxes. En effet le taux d’électrification de cette région est de 13,4% alors que la région, avec la RDC et le Cameroun, est celle qui possède le plus important potentiel hydroélectrique de l’Afrique (environ 60% de l’ensemble du potentiel). Même si des projets tels que le barrage de Lom Pangar au Cameroun permettront de réduire ce contraste, il est important de souligner le retard accusé par cette région dans l’exploitation de ses immenses potentialités.
L’Ethiopie en Afrique de l’Est est le deuxième pays en Afrique, après la RDC, en termes de potentiel hydroélectrique (40 000 MW). Ce pays, drainé par le Nil, voit se développer de nombreux projets de barrages dont celui de la « Renaissance », qui produira à terme 5 250 MW. Doté d’une puissance hydroélectrique d’environ 728 MW en 2009, le pays se posera, avec ses différentes installations (Gigel Gibe II et III, Takeze, Anabeles, etc…) en construction (ou déjà mises en service), en exportateur d’électricité vers les autres pays de la région tels que le Kenya, Djibouti et le Soudan.
De ce rapide tour d’horizon, il est essentiel de retenir que malgré tous ces atouts, seulement 4% du potentiel exploitable est exploité et 45% de l’électricité produite sur le continent est d’origine hydroélectrique. Ce qui est insuffisant.
A l’insuffisance des capacités hydroélectriques installées, s’ajoute un déficit d’entretien des installations existantes. Ce qui pénalise le développement économique et humain de l’Afrique subsaharienne. Le cas du Grand Inga en RDC illustre parfaitement cette perfide combinaison. Le complexe de Grand Inga à lui seul a un potentiel hydroélectrique de l’ordre de 44 000 MW, une puissance deux fois supérieure à celle du complexe hydraulique des Trois-Gorges en Chine et qui pourrait couvrir 40% des besoins de toute l’Afrique. Le premier élément de la perfide combinaison réside dans le fait que sur la quinzaine de barrages prévus au départ, seuls deux (Inga I et Inga II) ont été réalisés en 1972 et 1982 pour une capacité théorique de 1 800 MW. L’idée que depuis trente ans, rien de nouveau n’a été construit pour accroitre les capacités de production sur ce site plus que prometteur est tout simplement révoltante. La réalisation de ce genre de projets devrait remplacer la volonté de se maintenir au pouvoir à tout prix dans la liste des priorités de nos gouvernants.
De plus, faute de moyens pour les entretenir convenablement, les deux barrages ne produisaient en octobre 2008 que 875 MW. Ceci uniquement parce que la moitié des groupes de Inga I et Inga II étaient en activité. Visiblement, dans un pays de la taille de la RDC, avec les ressources dont il regorge, les dirigeants estiment qu’il est normal que les citoyens subissent les aléas du rationnement faute de moyens pour réparer ces machines.
Ce sous-équipement et ce déficit d’entretien doivent amener les gouvernants africains à investir massivement dans le développement des compétences afin de mieux exploiter ses immenses potentialités. Faute de quoi, vu l’importance capitale que ce genre de projets revêt, l’idée que leur réalisation soit pilotée par des structures spécialisées supra nationales doit être examinée avec attention.



Publié par Stéphane Madou

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here