GHANA : UNE APPLICATION LUTTE CONTRE LA DEFORESTATION ILLEGALE DANS LA FORET DU PARC NATIONAL DE BIA - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

GHANA : UNE APPLICATION LUTTE CONTRE LA DEFORESTATION ILLEGALE DANS LA FORET DU PARC NATIONAL DE BIA

Partager

GHANA : UNE APPLICATION LUTTE CONTRE LA DEFORESTATION ILLEGALE DANS LA FORET DU PARC NATIONAL DE BIA



AGM-GHANA        Au Ghana, comme dans de nombreux pays producteurs de bois en Afrique ou même ailleurs, l’exploitation non autorisée des forêts et le commerce du bois abattu illégalement sont récurrents. Ce phénomène est inéluctablement source de dégâts sociaux, économiques et environnementaux tant, pour ces pays eux-mêmes que pour la planète entière du fait du rôle d’équilibre écologique que joue la forêt. Préoccupée par cet état de fait, l’Union européenne a entamé, en 2003, une série de négociations bilatérales avec plusieurs pays producteurs et exportateurs de bois aussi bien en Afrique de l’Ouest qu’en Afrique centrale et même au-delà, notamment, l’Indonésie, la Malaisie et le Vietnam…, selon le site cairn.info.


A cet effet, une application a été créée pour permettre de dénoncer les voleurs de bois dans cette forêt du nord-ouest du Ghana. Pour repérer les exploitants illégaux, l’ONG nature et développement envoie des observateurs locaux dans les zones les plus touchées du pays. Abena Woode membre de « Nature and Development Foundation » (NDF) souligne, « la plus part des alertes enregistrés sur la plateforme font état de l’utilisation de tronçonneuses, elles permettent de transformer les arbres coupés en bois charpentés sur place, spontanément ». Grâce aux données recueillies le projet a pu analyser quelques sites concernés, les informations sont ensuite transmises à la commission des forêts pour que des mesures soient prises.


L’utilisation illégale de tronçonneuse a augmenté, mais avec la mise en place de cette application, les ghanéens ont réussi à freiner les activités illégales autour de la réserve.


Le commerce du bois est un secteur clé de l’économie ghanéenne, les bois tropicaux sont vendus dans le monde entier et les plus rares sont vendus à des prix très élevés.


Le projet est financé avec l’aide de l’union européenne, et l’équipe espère faire des émules dans tout le pays.  De plus, la fondation nature et développement ne travaille pas seulement à la prévention de la déforestation elle est également médiatrice dans les conflits entre les habitants et l’industrie du bois.



Penda Djigo/AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here