BÉNIN : LE PARLEMENT MENE UNE LUTTE OFFICIELLE CONTRE LES ORGANISMES GENETIQUEMENT MODIFIE - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

BÉNIN : LE PARLEMENT MENE UNE LUTTE OFFICIELLE CONTRE LES ORGANISMES GENETIQUEMENT MODIFIE

Partager

BÉNIN : LE PARLEMENT MENE UNE LUTTE OFFICIELLE CONTRE LES ORGANISMES GENETIQUEMENT MODIFIE


AGM-Cotonou    Au Bénin,  les forêts couvrent 68 % du territoire national et la zone côtière abrite une biodiversité importante et unique. La faune et la flore, située en grande partie dans les aires protégées, sont très riches et diversifiées. Mais la survie est menacée par la déforestation, la nouvelle technologie entre autres. Une situation que le gouvernement béninois tente de résoudre en adoptant une nouvelle loi à l’assemblée nationale afin de protéger la biodiversité contre les organismes génétiquement modifié (OGM).  Ce texte de 98 articles répartis en huit 8 chapitres vient à son heure pour protéger l’environnement et la santé humaine contre le transfert, la manipulation et l’utilisation de ces organismes issus de la biotechnologie moderne.


D’après un constat fait par les députés béninois, l’utilisation des organismes génétiquement modifiés (OGM) dans l’agriculture, l’agroalimentaire, la médecine, l’élevage, l’industrie chimique et pharmaceutique, la production d’énergie, la transformation des déchets, l’assainissement, peuvent avoir des conséquences sur l’environnement et sur la diversité biologique. Cela doit être un défi que les parlementaires essaient de relever en votant cette loi qui participe également à la protection de la santé humaine.


Rappelons que le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et ses partenaires accompagnent depuis 2010 le Gouvernement du Bénin dans la restauration et la gestion durable de la biodiversité et des ressources naturelles. Et en 2008, l’ONG Greenpeace France indiquait dans un article que l’usage maladroit et excessif des OGM dans le domaine de l’agriculture pouvait entraîner à la toxicité et la pollution du sol et des eaux, la réduction du nombre de bactéries du sol, etc.


En effet, la commission du plan, de la production et de l’équipement de l’Assemblée nationale lors de la séance plénière du 4 Janvier 2021 à l’hémicycle du Palais des gouverneurs de Porto-Novo, a pris conscience des dangers liés à l’usage effréné des OGM. Cette dernière envisage qu’une punition à l’encontre des acteurs soit appliqué. Selon les députés, la loi n° 2021-01 sur la biosécurité en République du Bénin vise à « garantir un niveau adéquat de protection dans le domaine du transfert, de la manipulation et de l’utilisation des organismes génétiquement modifiés issus de la biotechnologie moderne». Lit-on dans les colonnes d’afrika21.


En agissant ainsi, Le Bénin est désormais conforme au Protocole de Cartagena par cette nouvelle loi sur la prévention des risques biotechnologiques, que le pays d’Afrique de l’Ouest a ratifié le 02 mars 2005. Ainsi, Cette loi complète par ailleurs, le vide juridique en matière de biodiversité qui continuait à la suite de la loi n° 2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin. Car celle-ci protège la faune et son habitat à travers des mesures de conservation, de mise en valeur et d’utilisation durable des animaux sauvages, de leurs milieux de vie et de leur diversité biologique.




Amélia DACOSTA

Journaliste AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here