Énergie: les fossiles dominent toujours, mais l’élan est du côté des renouvelables - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Énergie: les fossiles dominent toujours, mais l’élan est du côté des renouvelables

Partager

Énergie: les fossiles dominent toujours, mais l’élan est du côté des renouvelables



Cinq ans après l’accord de Paris sur le climat, les énergies fossiles dominent toujours le paysage énergétique mondial mais ce sont les renouvelables qui enregistrent la plus forte dynamique, un essor qui n’a pas été remis en cause par la pandémie.


Renouvelables: le vent en poupe

«Les fossiles restent dominants mais la dynamique est clairement sur les énergies renouvelables électriques», résume Nicolas Berghmans, chercheur à l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI).


L’énergie solaire photovoltaïque a notamment connu une très forte croissance ces dernières années: elle est passée de 217 gigawatts de capacités installées dans le monde en 2015 à 578 GW l’an dernier, selon l’Agence internationale de l’énergie renouvelable (IRENA).


Et cette année, tandis que les énergies fossiles s’effondraient, les capacités de production nouvelles ont porté à près de 90% sur des énergies renouvelables, tirées par le solaire, l’éolien et l’hydro-électricité, notablement aux États-Unis et en Chine. Ces nouvelles capacités devraient atteindre un niveau record de 200 gigawatts (GW), selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Les énergies renouvelables devraient ainsi devenir en 2025 la première source de production électrique dans le monde, devant le charbon, selon elle.


«On n’a pas vu d’infléchissement très fort pendant la crise pour le développement des énergies renouvelables électriques et ça peut s’expliquer par la décroissance des coûts, qui les rendent compétitives, mais aussi par le soutien public qui s’est maintenu», souligne Nicolas Berghmans.


Ce soutien a même été accentué dans certains pays avec des plans de relance économique qui se veulent vertueux d’un point de vue environnemental.

Le pétrole, un roi menacé

Les énergies fossiles, émettrices de CO2, dominent encore très largement le paysage énergétique mondial. Parmi elles, le pétrole représentait l’an dernier 33% du mix énergétique mondial, à la première place, selon l’étude de référence de BP.


Le pétrole reste encore incontournable dans le secteur des transports, en plus de ses autres usages industriels comme la fabrication de plastique.

Mais la crise du Covid-19, qui a ralenti l’activité à travers le monde et quasiment mis à l’arrêt le transport aérien, lui a fait subir un choc violent.


L’AIE s’attend ainsi à une demande mondiale en chute de 8,8 millions de barils par jour (mb/j) cette année pour atteindre un total de 91,3 mb/j. Les cours ont également chuté, ce qui a eu pour conséquence de mettre fin à certains projets d’exploration-production trop chers.


Si un rebond de la demande est attendu en 2021, les experts sont divisés sur les perspectives du pétrole pour l’avenir proche. Certains estiment qu’un pic de la demande a déjà été passé tandis que les pays producteurs de l’Opep pensent que la demande va continuer d’augmenter jusqu’en 2040, tirée par les pays émergents.


«On est sur un point d’inflexion», estime Nicolas Berghmans, car «on peut s’attendre à des transformations majeures dans le secteur des transports dans les dix prochaines années».

Le véhicule électrique se développe ainsi, avec un prix des batteries en baisse mais aussi des interdictions de la vente des véhicules à moteurs thermiques prévues dans certains pays.


Les voitures électriques représentaient 2,6% des ventes mondiales et 1% du parc en 2019, en hausse de 40% sur un an, selon l’AIE.

Charbon, gaz: des destins divergents

Le charbon reste la deuxième énergie dans le monde malgré son bilan très négatif pour le climat et la qualité de l’air. Il est notamment encore largement utilisé pour produire de l’électricité.


Il est toutefois sur une pente descendante. Cette année, l’AIE prévoit une chute de la demande de 7% en raison de la crise. Le rebond attendu ces prochaines années ne lui permettra pas de revenir aux niveaux de l’an passé: le pic a été passé.


Le gaz naturel, qui émet du C02 mais moins que le pétrole et surtout le charbon, est en revanche sur une pente plutôt ascendante à moyen terme. Il bénéficie notamment d’une demande en hausse en Chine et en Inde, où il est parfois utilisé pour remplacer le charbon. Malgré une baisse de la demande de gaz cette année, l’AIE prévoit une croissance annuelle moyenne de 1,5% par an sur la période 2019-2025.

 


AGM

Source

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here