COVID-19 : LES MASQUES ISSUS DE LA PANDEMIE - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

COVID-19 : LES MASQUES ISSUS DE LA PANDEMIE

Partager

COVID-19 : LES MASQUES ISSUS DE LA PANDEMIE

Après l’annonce de la Covid-19, le port du masque a été imposé par la plupart des gouvernements pour ralentir la propagation du virus. Au début de la pandémie, les populations ont été confrontées à une pénurie de masques à travers le monde. Face à ce manque, les gouvernements ont mis en place un système de production d'équipements médicalisés afin de pallier aux besoins des populations. En plein milieu de la pandémie, les pays producteurs de matériel médical ne pouvant plus ravitailler l’extérieur, l’Afrique a dû réagir de manière rapide et efficace, le Maroc, l’Algérie et le Nigeria ont commencé à produire des masques (chirurgicaux et en tissu) en quantité. Le Sénégal et le Kenya se sont lancés dans la fabrication de gels hydroalcooliques et ont travaillé à l'élaboration des respirateurs artificiels, en plus des dons reçus de grands organismes internationaux.

@africagreenmagazine

Le port du masque toujours obligatoire dans les endroits partagés et clos afin de limiter les risques de propagation du virus, les populations ont un large choix sur le marché des masques du chirurgical au FFP en passant par celui en tissu, il en existe pour toutes les bourses et pour tous les goûts.


Cependant, un constat a été fait au sein de certaines grandes villes africaines, les masques constituent une nouvelle pollution urbaine. Longtemps après la pénurie de masques médicalisés qui touchaient le monde, ils sont aujourd’hui abandonnés, perdus ou encore jetés dans les rues après utilisation.  « S’en débarrasser n’importe comment, c’est la négation [du] civisme. L’acte de le jeter à même le sol annihile entièrement le fait de l’avoir porté, affirme un article de France Culture. […] En passant d’un régime de rareté à un régime d’abondance, les masques ont été totalement démonétisés. » Dans les pays occidentaux les masques jetés ne sont pas recyclés ni triés, « ils sont simplement incinérés avec les ordures ménagères, explique Olivier Delvallee. A ce jour, aucune statistique n'indique la consommation de masques en Afrique depuis le début de la pandémie.

@africagreenmagazine

Une étude menée au sein de Africa Green Magazine révèle que 71% des employés préfèrent utiliser le masque chirurgical et 40% affirment le recycler. Un article publié en Juin 2020 par le JDS (Journal de St Denis) nous renseigne quant au désastre écologique que présente l'usage unique du masque « nous sommes en train de comparer l’impact environnemental de notre masque lavable 30 fois face à 30 masques chirurgicaux à usage unique importés d’Asie. Les premiers résultats sont encourageants, jusqu’à 9 fois moins d’émissions polluantes d'après les TISSAGES de Charlieu. Les masques chirurgicaux contiennent du polypropylène, une matière qui n’est pas biodégradable. Leur durée de décomposition est estimée à 400 ans, ce qui est dramatique sachant qu’ils polluent déjà les mers et les océans. Cependant des scientifiques cherchent un moyen de recycler les masques de sorte à respecter les normes d'hygiène.


D'Ici là, adoptons un comportement responsable en lavant nos masques médicalisés afin d'en utiliser le moins. Devenons éco-responsables !

 

 

Princesse PAMOUANDE D.

Journaliste stagiaire AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here