CHANGEMENT CLIMATIQUE : LA CHINE VEUT ATTEINDRE LA NEUTRALITE CARBONNE A L’HORIZON 2060 - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

CHANGEMENT CLIMATIQUE : LA CHINE VEUT ATTEINDRE LA NEUTRALITE CARBONNE A L’HORIZON 2060

Partager

CHANGEMENT CLIMATIQUE : LA CHINE VEUT ATTEINDRE LA NEUTRALITE CARBONNE A L’HORIZON 2060



C’est lors de l’assemblée générale des nations unis tenu en ligne que le président chinois Xi Jin Ping à annoncer ses ambitions d’atteindre la neutralité Carbonne d’ici 40 ans. Une déclaration d’ailleurs inattendu qui permet de relancer l’accord de paris sur le climat, mais aussi de pointer l’attitude de retrait climatique des Etats-Unis, sur fond de nouvelle guerre froide entre les deux puissances les plus émettrices de la planète.


Pour information, les climatologues de l’ONU ont déclaré dans un rapport de référence de 2018 qu’il est impératif de réduire les rejets nets en carbone dans l’atmosphère à zéro d’ici au milieu du siècle pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, au-dessus de quoi on pourrait s’attendre à un scénario catastrophique.


En effet, Les émissions de gaz à effet de serre - GES, responsables du réchauffement climatique - chinoises ont augmenté de près de 55% en dix ans. Selon le Global Carbone Atlas, qui dresse un bilan des émissions de CO2 par État, la Chine a émis environ 10 milliards de tonnes de dioxyde de carbone en 2018, presque deux fois plus que les États-Unis (5,4 milliards de tonnes). Le charbon occupe une part écrasante dans ses émissions. Toutefois, si on rapporte à la pollution par habitant, la Chine, avec ses quelque 1,4 milliard d'habitants, arrive en 39e position, et les États-Unis 12e, toujours selon les données de 2018.


Cependant, le premier pays émetteur mondial de gaz à effet de serre, responsable d’environ 28% des émissions mondiales a pris une décision historique car, le président Xi Jin Ping a partagé sa volonté de prendre plus d’engagements dans la concrétisation de l’accord de Paris. Selon lui, l’objectif de son pays est de parvenir à un pic des émissions de C02 avant 2030 et d’atteindre la neutralité en 2060. Poursuivant sa déclaration, le président chinois a demandé l’implication de tous les pays à prendre des mesures décisives afin d’honorer l’accord de paris en les invitant à une reprise verte de l’économie mondiale à la suite de la Covid 19. Une remarque très certainement adressée aux États-Unis, deuxième émetteur de la planète, qui doivent se retirer formellement de l'accord de Paris en novembre.


Pour sa part, Donald Trump, l’actuel président des États-Unis, a effectivement décidé de se retirer de cet accord, bafouant au passage de nombreux plans environnementaux établis par son prédécesseur, Barack Obama. Comme les États-Unis et la Chine se charrient depuis plusieurs mois sur de nombreux sujets allant du commerce à la technologie en passant par la pandémie de coronavirus, rien d’étonnant à ce que les deux pays s’envoient aussi des piques sur le sujet de l’environnement.


Jean-Pascal van Ypersele, un climatologue belge et ancien vice-président du groupe d’experts en climat de l’ONU (GIEC), a déclaré à l’AFP, dans des propos rapportés par Sciences et Avenir, que dans le cas particulier de la Chine, il faudra qu’elle soit cohérente dans ses efforts et qu’elle arrête notamment de financer des centrales à charbon et d’autres infrastructures polluantes en Afrique.


Cette décision audacieuse de la chine sur le plan de lutte contre le réchauffement climatique est perçue comme une grande et importante nouvelle pour Todd Stern, ancien envoyé américain pour le climat à l’ONU. Pour lui, le simple fait de plafonner les émissions "avant 2030" ne suffira pas à mettre la Chine sur la voie rapide nécessaire pour atteindre la neutralité carbone, mais dans l'ensemble, c'est une étape très encourageante".

 

Par Amélia DACOSTA

AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here