LE KENYA VERS UNE RENEGOCIATION D’UN TRAITE COMMERCIAL QUI POURRAIT ALLER A L’ENCONTRE DE LA LOI ANTI-PLASTIQUE - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

LE KENYA VERS UNE RENEGOCIATION D’UN TRAITE COMMERCIAL QUI POURRAIT ALLER A L’ENCONTRE DE LA LOI ANTI-PLASTIQUE

Partager

LE KENYA VERS UNE RENÉGOCIATION D’UN TRAITE COMMERCIAL QUI POURRAIT ALLER  A L’ENCONTRE DE LA LOI ANTI-PLASTIQUE


C’est après la fuite d’une lettre du Directeur du Commerce International de l’American Chemistry Council Ed Brzytwa que la polémique autour de l’exportation du plastique au Kenya est née. Dans cette correspondance datée du 28 avril 2020, le lobby de pétrochimistes Américains composé entre autres d’ExxonMobil, de Chevron, de Shell, et de Dow Chemical, propose des investissements dans le recyclage au Kenya, à condition que le pays bénéficiaire accepte sur son territoire des produits chimiques et plastiques fabriqués aux Etats-Unis.

Ces grands groupes pétrochimiques américains voudraient profiter de la renégociation du traité commercial entre les États-Unis et le Kenya pour exporter les déchets plastiques en Afrique. Ils voient le Kenya comme une porte d’entrée de l’exportation de leurs produits en Afrique. Dans la lettre adressée au bureau du Représentant Commercial des Etats-Unis, il est mentionné : «Nous prévoyons que le Kenya pourrait servir à lavenir de plaque tournante pour la fourniture de produits chimiques et plastiques fabriqués aux États-Unis à d’autres marchés en Afrique»

Cette nouvelle taraude en effet les esprits des défenseurs de l’environnement depuis sa parution dans la presse le 31 août 2020 car selon eux, un tel accord commercial avec le Kenya pourrait empêcher le pays de mener à bien sa politique anti-plastique. Ces écologistes n’accepteraient aucune tentative de changement de lois sur les plastiques car cela représente un danger pour le pays. Le Directeur du Centre pour l’Environnement, la Justice et le Développement au Kenya affirme qu’il ne permettrait en aucun cas que l’Afrique soit un nouveau dépotoir de déchets, même si elle y ressemble déjà.

Les ONG de défense de l’environnement perçoivent les ambitions de l’American Chemistry Council comme une menace aux efforts de lutte anti-plastique fournis par le Kenya. En conséquence,  Fredrick Njehu de Greenpeace Afrique estime que le gouvernement kényan ne devrait pas revenir sur les progrès réalisés dans ses ambitions sans plastique, en se pliant à la pression des géants des combustibles fossiles, car il risquerait de faire dérailler les progrès réalisés sur l’ensemble du continent.

Pour rappel, la politique anti-plastique du Kenya a la réputation d’être l’une des plus strictes au monde depuis sa mise en vigueur en 2017. Pour le moment, la demande de l’American Chemistry Council a été prise en compte par les acteurs de la renégociation qui est en cours  entre les États-Unis et le Kenya. Mais  aucun des deux gouvernements n’a répondu à la polémique soulevée par la lettre du Conseil.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here