Burundi/Rwanda : la Banque africaine de développement finance le tronçon routier entre les deux pays et renforce l’intégration sous régionale en Afrique de l’Est - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Burundi/Rwanda : la Banque africaine de développement finance le tronçon routier entre les deux pays et renforce l’intégration sous régionale en Afrique de l’Est

Partager

Burundi/Rwanda : la Banque africaine de développement finance le tronçon routier entre les deux pays et renforce l’intégration sous régionale en Afrique de l’Est


Le projet de route Nyamitanga-Ruhwa-Ntendezi-Mwityazo, réalisé entre 2009 et 2018 entre le Burundi et le Rwanda, a facilité les échanges commerciaux entre les deux pays voisins des Grands Lacs et renforcé l’intégration sous‑régionale dans l’espace de la Communauté économique des pays de l’Afrique de l’Est.

Le projet a été financé dans sa quasi-intégralité (98%) par le guichet concessionnel du Fonds africain de développement. Le Burundi a reçu un don de 77,5 millions de dollars américains et le Rwanda, un de 79,4 millions de dollars. Les importants travaux de construction d’infrastructures routières ont permis de désenclaver les trois provinces burundaises de Murwi, Rugombo et Buganda, et les provinces rwandaises de Rusizi et Nyamasheke.

D’un bout à l’autre du tronçon routier, le temps de transport moyen a été réduit de plus de la moitié, passant de huit heures en 2008 à trois heures à l’issue des travaux. L’accès aux services sociaux de base s’est également amélioré grâce à des travaux routiers dans les deux pays et à l’aménagement de pistes rurales et d’ouvrages connexes au Burundi.

« Le pourcentage de population se trouvant à deux kilomètres d’une route praticable en toute saison de l’année est passé de 69% à 72% au Burundi et de 31% à 45% au Rwanda. Cela explique aussi l’amélioration de l’accès aux centres de production et de commercialisation des produits avec la fin des travaux dans les deux pays », précise le rapport d’achèvement du projet conduit par John Ndikumwami, ex-ingénieur des transports à la Banque et Philippe Munyaruyenzi, actuel ingénieur principal des transports.

Les travaux routiers ont eu un impact positif sur le coût d’entretien des véhicules : il a baissé de 28% mensuellement à environ 8,8 dollars au Burundi, et de 35% équivalent à 22,5 dollars au Rwanda. Au total, 13 671 emplois ont été créés au Burundi, dont 4 101 attribués à des femmes, générant ainsi un revenu global de 1,02 million de dollars, dont près d’un tiers (308 000 dollars) en faveur des femmes. Au Rwanda, le nombre d’emplois créés est de 23 304, dont 1 271 d’emplois féminins, générant deux millions de dollars de revenus, selon le rapport.

Par ailleurs, quelque 101 kilomètres de route, dont 51 au Burundi (Nyamitanga-Ruhwa) et 50 au Rwanda (Cyangugu-Ntendezi-Mwityazo), ont été bitumés ; un poste de contrôle unique à la frontière (PCUF) a été construit et équipé. En outre, 60  kilomètres de pistes rurales ont été aménagées, à part égale dans les deux pays.

Dans le cadre de l’utilisation de reliquats sur le don du Rwanda, des résultats supplémentaires ont été atteints : il s’agit de l’aménagement de la route d’accès Gashyirabwoba–‘’Hôpital de référence de Bushenge’’ (3 km), connexe à la section routière Cyangugu–Ntendezi-Mwityazo. Dans la zone du projet, la liaison routière de cette infrastructure socio-économique majeure a contribué à améliorer l’accessibilité et la mobilité de 400 000 personnes supplémentaires.

La réalisation des travaux de réhabilitation et d’élargissement de la chaussée de 6 mètres à 7 mètres de la route Karongi-Rubengera (17km), qui constituait jusque-là un maillon manquant du corridor Nord-Sud, a, elle permis de renforcer les acquis des financements antérieurs de la Banque sur ce corridor.

« Les composantes du projet ont indubitablement facilité la circulation des personnes sur des sections conséquentes des routes nationales RN17 (lac Kivu Belt, du côté du Rwanda) et RN5 du côté du Burundi, et amélioré les conditions de vie des populations environnantes », conclut le rapport de la Banque africaine de développement.



AGM
Source

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here