100 millions de dollars accordés au Niger pour améliorer les services décentralisés et la gestion du secteur extractif - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

100 millions de dollars accordés au Niger pour améliorer les services décentralisés et la gestion du secteur extractif

Partager

100millions de dollars accordés au Niger pour améliorer les services décentralisés et la gestion du secteur extractif


Le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale a approuvé le 03 Août 2020, un financement de lAssociation internationale de développement (IDA) composé dun prêt et dun don dun montant global de 100millions de dollars et destiné à renforcer les capacités des administrations locales et la gestion du secteur extractif au Niger. 

Le Projet de gouvernance du secteur extractif pour le développement local (GOLD) et de riposte COVID-19 renforcera et favorisera la mise en œuvre des politiques, lois et règlements sur la décentralisation et la gestion durable de l’exploitation minière. Il prévoit par ailleurs un soutien au mécanisme de coordination de la réponse à la pandémie de COVID-19 au niveau local. Plus précisément, il permettra d’accroître l’accès aux services de base qui ont été décentralisés, en particulier l’eau, l’enseignement primaire et les services de santé; daméliorer lexécution du budget au niveau municipal; daugmenter et de renforcer la gestion des recettes issues des activités extractives qui sont transférées aux administrations locales; daccroître lattrait du secteur minier pour les investissements du secteur privé; daméliorer la surveillance des activités minières et de soutenir la régularisation et le renforcement des capacités des mineurs artisanaux en matière de bonnes pratiques environnementales et sociales.

«Le projet GOLD vise à soutenir les réformes gouvernementales destinées à améliorer le déploiement et la décentralisation des ressources publiques en promouvant des accords transparents pour le partage des recettes tirées du secteur extractif, au profit de la population locale. Son objectif est aussi d’améliorer la gestion de ce secteur dans le but d’augmenter les recettes provenant de l’exploitation minière et d’atténuer ses répercussions environnementales et sociales négatives, explique Joëlle Dehasse, responsable des opérations de la Banque mondiale pour le Niger. La Banque se félicite de soutenir les interventions locales contre la pandémie de COVID-19 par le biais de ce projet, qui cherche à s’attaquer aux principaux facteurs de fragilité au Niger et à améliorer les perspectives en matière de réduction de la pauvreté et de prospérité partagée.»

Le projet s’attaquera à des défis de développement qui alimentent la fragilité et les risques de conflit au Niger et qui ont reçu le soutien du mécanisme d’atténuation des risques mis en place dans le cadre d’IDA-18. Parmi ces défis figure le manque de services sociaux de base et de présence de l’État dans certaines parties du pays où règne une grande insécurité. Les lacunes de la gouvernance dans le secteur extractif, en particulier dans le secteur minier, constituent également un problème et une source de tensions sociales et économiques. L'absence d’opportunités économiques pour les jeunes, les profondes inégalités entre hommes et femmes et les piètres résultats en matière d’éducation et de santé imputables au manque de services exacerbent ces difficultés et y contribuent. Depuis mars2020, l’épidémie de COVID-19, qui entrave encore davantage la fourniture de services publics de base au niveau local, aggrave ces problèmes. 

«Compte tenu du contexte sécuritaire instable aux frontières, ce projet permettra datténuer certains facteurs de fragilité présents dans le pays. Il s’attachera à favoriser la résilience grâce à l’amélioration de la prestation de services et le renforcement de la capacité des autorités locales à gérer les ressources et le développement local, notamment en associant les citoyens, à mobiliser les recettes issues du secteur extractif au profit de l’État et des autorités locales et à créer des emplois et des moyens de subsistance pour les communautés, en accordant une attention particulière aux femmes», souligne Abel Bove, spécialiste senior de la gouvernance à la Banque mondiale et chef d’équipe du projet.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here