Le Président du FIDA affirme que les peuples autochtones sont des partenaires essentiels à l’établissement d’un monde meilleur après la pandémie de COVID-19 - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Le Président du FIDA affirme que les peuples autochtones sont des partenaires essentiels à l’établissement d’un monde meilleur après la pandémie de COVID-19

Partager

Le Président du FIDA affirme que les peuples autochtones sont des partenaires essentiels à l’établissement d’un monde meilleur après la pandémie de COVID-19


Rome / New York, le 14 juillet 2020 – Les peuples autochtones et leurs savoirs uniques sont essentiels à la lutte contre la COVID-19 et à l'établissement d'un monde qui sera plus viable et résilient lorsque nous nous relèverons de la pandémie, a déclaré aujourd'hui le Président du Fonds international de développement agricole (FIDA).

"La pandémie de COVID-19 montre que nous devons reconsidérer nos interactions avec la nature, ainsi que nos modes de production et de consommation alimentaires. La poursuite des pratiques agricoles insoutenables, la destruction des forêts et de la faune, font partie des raisons mêmes de notre forte exposition au virus à l'origine de la COVID-19" a déclaré Gilbert F. Houngbo, Président du FIDA. "Les peuples autochtones nous mettent depuis longtemps en garde contre les conséquences de ces pratiques."

M. Houngbo a fait cette déclaration avant la réunion organisée aujourd'hui en marge du Forum politique de haut niveau des Nations Unies pour le développement durable, qui sera consacrée à l'importance que revêt la constitution de partenariats avec les peuples autochtones en vue de la réalisation des objectifs de développement durable et de la mise en place des conditions nécessaires à un avenir plus résilient. Cet évènement a été organisé conjointement par le Canada, la Finlande, le grand groupe des peuples autochtones pour le développement durable et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

"Nous devons reconnaître et saluer l'importance du rôle que jouent les peuples autochtones au regard de l'appui et de la protection de moyens d'existence durables. Ils donnent l'exemple de ce qu'est une bonne gestion de l'environnement et contribuent à renforcer la biodiversité et la pérennité de nos systèmes alimentaires", a déclaré la Ministre canadienne du développement international Karina Gould à l'ouverture de la réunion.

Cette réunion permettra d'examiner comment les savoirs, les valeurs et les systèmes durables des peuples autochtones peuvent contribuer à éliminer la faim ainsi que la pauvreté sous toutes ses formes d'ici à 2030. Elle traitera également des raisons pour lesquelles il est essentiel d'accorder la priorité à la protection des droits de ces peuples, et d'accroître leur accès à la terre, aux ressources productives et aux services de santé de manière à les aider à faire face aux répercussions de la pandémie, tout en assurant leur participation aux processus de développement pertinents.

"Il nous faut, dans le contexte des efforts concertés que nous déployons pour lutter contre la COVID‑19 à l'échelle mondiale, reconnaître les contributions effectives et possibles des peuples autochtones au développement durable", ajoute M. Houngbo. "Ces peuples sont trop souvent victimes d'une marginalisation systématique et de violations de leurs droits fondamentaux et sont exclus des processus de développement – qui, de fait, leur portent préjudice. Cela n'est pas acceptable et nous devons changer notre approche à l'égard des peuples autochtones."

Quelque 476 millions d'autochtones vivent dans plus de 90 pays. Ils constituent plus de 6% de la population mondiale, mais environ 18% des pauvres. Ils courent des risques disproportionnés dans les situations d'urgence sanitaire et sont encore plus vulnérables durant cette pandémie.

Les peuples autochtones sont les gardiens d'environ 80% de la biodiversité à l'échelle mondiale et sont parmi les plus touchés par les changements climatiques en raison de leurs liens étroits avec les systèmes climatiques et naturels dont ils sont tributaires.

Le FIDA collabore depuis sa création avec les peuples autochtones, qu'il considère comme faisant partie des groupes prioritaires dans la lutte contre la pauvreté rurale. Il fait bénéficier de son action plus de 6 millions d'autochtones dans 31 pays dans le cadre de 63 projets financés à hauteur de 660 millions d'USD. Le FIDA tient le Forum des peuples autochtones à Rome tous les deux ans.



AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here