DOSSIER: EN AFRIQUE, L’EUROPE ET LA FRANCE ONT ATTISE LA DÉFORESTATION - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

DOSSIER: EN AFRIQUE, L’EUROPE ET LA FRANCE ONT ATTISE LA DÉFORESTATION

Partager

DOSSIER: EN AFRIQUE, L’EUROPE ET LA FRANCE ONT ATTISE LA DÉFORESTATION



Il y a trente ans, les Occidentaux ont développé le concept de « gestion durable des forêts » tropicales. Dans le bassin du Congo, le bilan est désastreux : une déforestation massive — alors que ces forêts tropicales sont un énorme puits à carbone — qui favorise l’émergence de maladies infectieuses.

Sur la route qui relie Yaoundé à Douala, les deux principales villes du Cameroun, les grumiers — camions dédiés au transport du bois — font un va-et-vient permanent. Venus de l’est du pays et chargés d’imposants troncs d’arbre, ils se dirigent vers le port de Douala. Une fois délestés de leur cargaison, ils repartent pour les zones d’exploitation. À l’ère de la lutte contre le dérèglement climatique et pour la sauvegarde des forêts tropicales, cette activité apparaît pour le moins anachronique.

Elle est en grande partie le résultat de la politique, lancée au début des années 1990, par les bailleurs de fonds du pays, dont la Banque mondiale et la France. La stratégie de ces derniers a consisté à encourager l’exploitation industrielle dans le bassin du Congo, deuxième massif forestier tropical du monde après celui de l’Amazonie. Ils affirmaient que l’industrie du bois, initiée pendant la période coloniale, était une source de développement économique pour les pays producteurs et ne risquait pas d’endommager l’environnement si elle respectait certaines règles. Ils parlaient alors de « gestion durable des forêts ».

La France a milité activement pour que cette « gestion durable » repose sur un outil : le plan d’aménagement forestier. Conçu à l’origine pour gérer les forêts françaises et augmenter les rendements d’exploitation, le plan d’aménagement nécessite que les exploitants forestiers se voient attribuer de vastes espaces (jusqu’à 200.000 hectares au Cameroun), appelés « concessions », sur une longue durée (en général 25 ou 30 ans). Si une concession court sur 25 ans, elle doit être divisée en 25 « assiettes de coupe », dont une seule sera exploitée chaque année. Le système prévoit que l’exploitation soit « sélective » : les industriels n’abattent que les deux ou trois essences qui les intéressent. Lorsque, à la fin de la rotation, soit au bout de 25 ans, l’entreprise revient dans les premières assiettes de coupe, la forêt est censée s’être reconstituée et l’exploitation peut se poursuivre.

La France a joué un rôle influent dans la mise en place de ces plans d’aménagement forestiers

Pressé par la Banque mondiale et la France, le Cameroun a modifié, en 1994, son code forestier et rendu obligatoires les plans d’aménagement. Au cours des années 1990 et 2000, ses voisins — le Gabon, la République du Congo, la République centrafricaine et la République démocratique du Congo — ont fait de même. En 2017, les deux tiers des 31 millions d’hectares de concessions du bassin du Congo, soit 20 millions d’hectares, fonctionnaient par conséquent avec des plans d’aménagement. Toute une économie, mêlant des ONG, dont le [WWF|Le Fonds mondial pour la nature], et des cabinets d’études français, sous contrat avec les entreprises forestières, s’est organisée autour de l’élaboration et la mise en œuvre de ces plans de gestion.
Un grumier dans la forêt d’Eschiembot, au Cameroun.
La France a continué à jouer un rôle influent : entre 1990 et 2010, l’Agence française de développement (AFD) a accordé des prêts et subventions à des entreprises forestières pour les aider à se doter de plans d’aménagement — à hauteur de 120 millions d’euros sur vingt ans. À l’époque, les sociétés qui opéraient dans la région étaient majoritairement françaises. Après 2010, l’AFD a poursuivi cette politique. En République démocratique du Congo (RDC), par exemple, elle a financé pour onze millions d’euros, de 2011 à 2019, un projet d’Appui à la gestion durable des forêts (Agedufor), visant à « aider les pouvoirs publics à mettre en œuvre une politique d’exploitation forestière raisonnée en visant plus spécifiquement les grandes concessions ».

Cependant, cette « gestion durable des forêts » et ses plans d’aménagement, validés par le label controversé du Forest Stewardship Council (FSC), ont suscité dès leurs débuts de nombreux doutes et mises en garde. Des analystes ont prévenu que le suivi des plans d’aménagement serait limité, les États concernés ayant de faibles moyens de contrôle. Surtout, des ONG et des scientifiques ont rappelé que les forêts du bassin du Congo, fragiles et complexes, avaient été jusque-là très peu étudiées, et qu’il était de ce fait impossible de prévoir leur évolution. L’exploitation industrielle, même si elle est « sélective » et « sous aménagement », nécessite l’ouverture de routes, l’installation de campements d’ouvriers et est fréquemment associée à des opérations illégales. Elle ne peut qu’être destructrice, disaient-ils. L’histoire a montré qu’une forêt dégradée par l’exploitation finit souvent en plantations agricoles, ajoutaient-ils. « Un arbre qui tombe en entraîne huit autres dans sa chute », a par ailleurs souligné le biologiste et botaniste français Francis Hallé, insistant sur le fait qu’il faut des centaines d’années pour qu’une forêt secondaire se reconstitue — et plus de 700 ans pour qu’elle redevienne une forêt primaire. Ces voix critiques n’ont pas été écoutées.

« L’exploitation forestière dans les tropiques libère d’importantes quantités de dioxyde de carbone »

Or, au fil des années, les preuves leur donnant raison se sont multipliées. En 2010, le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) expliquait que l’exploitation sélective allait supprimer chez les espèces ciblées « une proportion significative des principaux arbres matures disséminateurs de graines », ce qui allait avoir des conséquences sur leur régénération. L’exploitation forestière « a profondément modifié la structure forestière en supprimant de grands arbres de la canopée, et ce groupe d’arbres n’a retrouvé qu’une petite partie de son volume en 24 ans », a constaté, en 2013, un groupe de chercheurs dans une concession en République centrafricaine (RCA). Une autre étude scientifique a conclu en 2012 que « la gestion durable des forêts à l’échelle industrielle est susceptible d’entraîner la dégradation et la dévaluation des forêts tropicales primaires aussi sûrement que le fait aujourd’hui l’exploitation forestière conventionnelle non gérée ».
Il faut des centaines d’années pour qu’une forêt secondaire se reconstitue.
Tout cela a des conséquences sur les émissions de carbone : « L’exploitation forestière dans les tropiques, même en utilisant des techniques de gestion durable des forêts, libère d’importantes quantités de dioxyde de carbone », les stocks de carbone « mettent des décennies à se reconstituer ». Modification de la composition végétale et animale, risque d’érosion accru, baisse de la biodiversité, vulnérabilité aux feux de forêt figurent parmi les conséquences de l’exploitation industrielle dite « raisonnée ». Une étude en particulier a provoqué l’émoi chez les soutiens de l’industrie forestière : réalisée par des chercheurs américains et publiée en 2016, elle concluait qu’en République du Congo, la déforestation était plus élevée dans les concessions ayant des plans d’aménagement que dans celles qui n’en avaient pas… En réponse, un document montrant le contraire, financé par l’AFD, a été publié en avril 2019.

En 2018, l’ONG britannique Global Witness a interpellé les bailleurs de fonds de la RDC, les accusant d’appuyer, par le biais de la promotion de la « gestion durable »« la destruction d’essences menacées […] et l’appauvrissement progressif de la forêt tropicale », précisant que la dégradation des forêts « les rend plus vulnérables au changement climatique ». Un groupe d’ONG a par ailleurs souligné en 2015 :

Il est irresponsable de continuer à promouvoir l’exploitation forestière industrielle et le commerce de bois tropical dans des écosystèmes forestiers vitaux comme les forêts du bassin du Congo. On ne peut pas atteindre un objectif de gestion durable et de lutte contre le changement climatique en confiant des dizaines de millions d’hectares de forêts fragiles à des entités privées qui sont dans une logique commerciale. »


On le peut d’autant moins que la « gestion durable des forêts » n’a pas apporté le développement économique et social annoncé : comme on pouvait le prévoir, aucun pays de la région n’a réduit son taux de pauvreté grâce à l’exploitation industrielle, laquelle appauvrit en revanche cet écosystème forestier du bassin du Congo dont dépendent 75 millions de personnes.

« C’est une activité passéiste et prédatrice, marquée par son origine coloniale et irrémédiablement destructrice des forêts »

Depuis peu, les promoteurs des plans d’aménagement tendent à infléchir leur discours. Pas parce que les rapports négatifs s’accumulent mais plutôt parce que les industriels sont eux-mêmes victimes du système : ceux dont les concessions arrivent en fin de rotation constatent que la forêt ne s’est pas reconstituée dans les premières assiettes de coupe et que le peuplement de leurs essences de prédilection a considérablement baissé. Ne pouvant plus réaliser autant de bénéfices qu’avant, ils vont ailleurs. C’est ainsi que le groupe français Rougier a abandonné, en 2018, ses concessions au Cameroun, soit près de 300.000 hectares. Ces entreprises vendent leurs actifs, le plus souvent à des sociétés asiatiques, intéressées par des essences de moindre valeur et par la perspective d’évoluer vers des plantations agricoles. L’exploitation et la dégradation des forêts se poursuivent donc à un rythme élevé. Selon les calculs du Centre pour l’environnement et le développement (CED), une ONG installée à Yaoundé, le Cameroun a enregistré, en 2018, sa plus grosse production de bois d’œuvre en vingt ans, soit 3,6 millions de m3.

Contactée par Reporterre, l’AFD a déclaré, par écrit, avoir « bien conscience des possibilités d’amélioration du modèle d’appui à l’aménagement forestier durable, en particulier sur les dimensions sociales et environnementales ». Elle a ajouté : « Ceci nous a conduit à créer des partenariats avec des centres de recherche internationaux afin d’affiner les connaissances sur la dynamique des peuplements forestiers en vue de garantir leur maintien ». Elle cofinance ainsi depuis 2018 un projet de recherche conduit par le Cirad. Celui-ci vise à « améliorer la durabilité des aménagements forestiers », à propos desquels ont été constatés « différents problèmes concernant leur qualité et leur durabilité ». La France ne renonce donc pas à sa vision mercantiliste des forêts comme le confirme le lancement, en février 2020, d’un nouveau projet d’appui à ce secteur dans la région.
« Les écosystèmes tels que les forêts du bassin du Congo sont vitaux. »
Précisons que l’AFD n’a pas encore communiqué les résultats des précédents projets qu’elle a financés, avec des fonds publics, dans le secteur de l’aménagement forestier, dont l’Agedufor, le Pagef (Congo) et le Parpaf (RCA). Elle a expliqué dans un premier temps à Reporterre que ces évaluations étaient « des documents internes à l’Agence et à caractère confidentiel ». Dans un second temps, elle a expliqué que « la publication d’un rapport est soumise au respect de certaines procédures notamment l’approbation des partenaires des projets concernés », et qu’elle venait de demander, après la requête du journal, « à ce que les procédures de publication soient lancées ». En 2016, le gouvernement avait laissé entendre, dans une réponse au député Noël Mamère, que l’AFD « s’attachait à rendre publiques » ces évaluations, mais ne le pouvait pas à l’époque car elles n’étaient pas encore achevées.

Aujourd’hui, il apparaît urgent de préserver les forêts tropicales. Une étude publiée en mars 2020 par la revue Nature montre qu’elles sont indispensables pour leur capacité à aspirer d’énormes quantités de carbone et à freiner le rythme du changement climatique et qu’elles absorbent beaucoup moins de dioxyde de carbone qu’auparavant. Il est aussi établi que la déforestation favorise l’émergence de nouvelles maladies infectieuses. Certains, comme Francis Hallé, défendent la nécessité d’un « moratoire sur la déforestation tropicale ». Dans son livre Plaidoyer pour la forêt tropicale (Actes Sud, 2014), le botaniste soutient que l’exploitation industrielle des forêts tropicales « est une activité passéiste et prédatrice, marquée par son origine coloniale et irrémédiablement destructrice des forêts ». Repenser complètement la gestion des forêts, c’est aussi ce que suggère depuis plusieurs années Samuel Nguiffo, directeur du CED. Il met en avant l’idée « d’un recours plus marqué au principe de précaution » et « d’une plus grande prise en compte des fonctions et usages non commerciaux de la forêt ». Il fait partie de ceux qui se réfèrent aux résultats de recherches, réalisées notamment en Amazonie, montrant que les forêts gérées par des communautés forestières sont les mieux préservées.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here