Afrique du Sud : la Banque africaine de développement accorde un prêt de 100 millions de dollars à SA Taxi pour renforcer le secteur des transports - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Afrique du Sud : la Banque africaine de développement accorde un prêt de 100 millions de dollars à SA Taxi pour renforcer le secteur des transports

Partager

Afrique du Sud : la Banque africaine de développement accorde un prêt de 100 millions de dollars à SA Taxi pour renforcer le secteur des transports


La Banque africaine de développement a accordé, le 16 mars dernier, un prêt de 100 millions de dollars américains à la société sud-africaine SA Taxi development finance proprietary Limited pour soutenir sa stratégie de développement dans le secteur des transports en Afrique du sud.

Cet accord de prêt d’une durée de huit ans, assorti d’un délai de grâce de six mois, a été signé entre le directeur des infrastructures et du développement urbain de la Banque, Amadou Oumarou, et le responsable financier principal et directeur de SA Taxi holdings proprietary Limited, plus connue sous le nom de SA Taxi, Lorenzo Cardoso.

Le financement de la Banque permettra ainsi à SA Taxi de poursuivre ses investissements dans le secteur des taxis et sa stratégie consistant à permettre aux opérateurs de taxis et de minibus d’Afrique du Sud de remplacer de vieux véhicules par des plus récents, plus sûrs et moins polluants.

«Lopération de financement engagée avec la Banque africaine de développement est essentielle à la stratégie à moyen et long terme de SA Taxi, s’est félicité Lorenzo Cardoso. La durée et le montant de cette transaction contribueront au succès continu de SA Taxi dans l’autonomisation des PME et la création de moyens assurant la viabilité des activités des minibus et des taxis. Nous sommes fiers d’être une entreprise africaine reconnue sur le plan international. »

L’accord comprend un prêt de premier rang de 10 millions de dollars et un fonds associé d’environ 97 millions de dollars (1,4 milliard de rands sud-africains). Il permettra de stimuler l’industrie automobile sud-africaine et d’améliorer la mobilité urbaine de la classe ouvrière.

Outre les services de détail et de financement des véhicules, SA Taxi fournit à ses clients des services d’assurance spécialisés pour minibus et taxis, la géolocalisation des véhicules ainsi que les services d’entretien et de remise en état par le biais de SA Taxi Auto Repairs et de SA Taxi Protect, des filiales que la holding contrôle à 100 %.   

Bien qu’environ 80 % des clients de SA Taxi ne possèdent pas de compte bancaire et ne sont pas admissibles au secteur bancaire officiel dans le cadre des dispositions de financement de la Banque, environ 25 % des bénéficiaires directs continueront à être des femmes et quelques 22 % seront des jeunes de moins de 35 ans. La facilité mise à disposition par la Banque devrait contribuer à une partie importante de l’exigence de financement de SA Taxi au cours des trois prochaines années.

Selon Amadou Oumarou, ce contrat est une nouvelle étape dans le partenariat entre la Banque et SA Taxi, qui apportera des avantages réels et tangibles aux populations sud-africaines, avec la perspective d’une duplication de ce modèle dans d’autres pays du continent confrontés à d’importants défis en matière de transport en commun urbain.

« Les systèmes de transport public sont en en constante évolution. Ils sont essentiels à la réussite économique et aux progrès sociaux de l’Afrique du Sud, a relevé Amadou Oumarou. La Banque est fière de soutenir SA Taxi dans sa démarche pionnière qui vise à façonner positivement l’écosystème des services de transport en Afrique du Sud.» Au moins 90 % des véhicules financés par SA Taxi sont fabriqués en Afrique du Sud, ce qui constitue un facteur de croissance de l’industrie automobile du pays.

La facilité de prêt accordée à SA Taxi est compatible avec la Stratégie décennale 2013-2022 de la Banque et au Document de Stratégie Pays pour l’Afrique du Sud (DSP 2018-2022). Ce contrat cadre également avec deux des cinq priorités de la Banque, les «High 5», à savoir « Industrialiser lAfrique » et « Améliorer la qualité de vie des populations en Afrique ».



AGM
Source

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here