Bénin : des techniques nucléaires pour détecter l’érosion des terres - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Bénin : des techniques nucléaires pour détecter l’érosion des terres

Partager

Bénin : des techniques nucléaires pour détecter l’érosion des terres


Les méthodes les plus couramment utilisées pour évaluer la dégradation des terres dans le monde comprennent les opinions d’experts, les observations et les tests sur le terrain, les opinions des utilisateurs des terres, les changements de productivité, et la télédétection, selon une étude de 2008 intitulée en anglais “A Review of Land Degradation Assessment Methods”, et rédigée par Taimi Sofia Kapalanga.

Plus d’une décennie après la publication de ce rapport, les scientifiques semblent avoir fait un effort supplémentaire pour introduire des techniques nucléaires, qui apparemment seraient un moyen efficace pour détecter l’érosion ou la dégradation des terres, et contribuer à leur conservation, en particulier dans des conditions environnementales caractérisées par le climat tropical et de longues pentes douces de plateaux de dénudation.

Environ 65% des terres agricoles africaines sont affectées par des pertes induites par l’érosion de la couche arable et des nutriments du sol, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Les techniques nucléaires sont en train d’être utilisées au Bénin, pays à faible revenu gravement touché par l’érosion des sols, où l’agriculture représente environ 35% du Produit intérieur brut (PIB) et 80% de ses revenus d’exportation. Le projet bénéficie du soutien technique conjoint de la FAO et de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Dégradation élevée

« Plus de 90% des sols au Bénin ont un niveau de dégradation élevé, selon les preuves scientifiques », a déclaré récemment Pascal Houngnandan, directeur du Laboratoire de microbiologie des sols et d’écologie microbienne à la Faculté des sciences agricoles de l’Université d’Abomey-Calavi.

«L’étude a utilisé des outils et des moyens qui guident l’action pour la préservation et la régénération des terres agricoles, ce qui est un problème particulièrement aigu car toute production agricole dépend du sol », a-t-il ajouté.

Grace à la technique nucléaire, les scientifiques ont découvert les taux d’érosion des sols dans le sud du Bénin dans trois zones agro-écologiques. Ils ont constaté que le taux annuel moyen d’érosion des sols était de 11,8 tonnes / hectare à Govié, 18,8 tonnes par hectare à Linsinlin et 22,4 tonnes / hectare à Lokogba, a révélé Pascal Houngnandan.

Étant donné que la formation du sol ne dépasse pas 0,1 mm par an, il a été déterminé qu’environ 6 mm de couche de sol se sont formés pendant cette période, tandis que 48 à 91 mm de sol ont été perdus, entraînant de graves conséquences pour la fertilité du sol et donc les rendements des cultures.
La plupart des terres arables du Bénin sont utilisées par de petites exploitations familiales, basées sur le travail manuel et une grande variabilité des cultures. Ces petites parcelles aux limites physiques multiples et irrégulières posent un défi aux mesures conventionnelles de l’érosion des sols pour produire des résultats représentatifs et fiables, a indiqué l’AIEA.

Source

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here