Sénégal : Exploitation illégal des ressources forestières en Casamance - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Sénégal : Exploitation illégal des ressources forestières en Casamance

Partager

Sénégal : Exploitation illégal des ressources forestières en Casamance


La Casamance est la région du Sénégal connue pour sa végétation abondante, sa biodiversité et ses gigantesques forêts en Afrique de l’Ouest. Mais ses zones boisées disparaissent rapidement et qui aujourd’hui, atteint un seuil critique. Dans une région où le changement climatique constitue une grave menace pour le développement socio-économique des populations locales, cette disparition présage une catastrophe dont on ne peut mesurer l’ampleur aujourd’hui.

À ce jour, la Casamance a perdu plus de 10 000 hectares de forêts en raison de l’abattage illégal, ce qui représenterait environ 1 million d’arbres. La forêt de Casamance s’étend au total sur 30 000 hectares et est connue pour ses essences d’arbres rares, notamment le bois de rose pour lequel la demande chinoise est particulièrement forte.
Bois abattu illégalement par des individus
Selon notre source, la forêt de Casamance est en train d'être « massacrée » par des individus venant de la Gambie. Qui exploitent de manière frauduleuse le bois de la forêt. Cette exploitation qui est monnaie courant dans la zone de bignona plus particulièrement dans le Sindian nord, a de nombreuses conséquences sur la pluviométrie, la fragmentation des habitats, et la disparition de la biodiversité.

En effet, de très nombreux acteurs très souvent ont tiré profit de l’abattage illégal et du trafic de bois à grande échelle dans la région, tels que des groupes armés, des hommes d’affaires sénégalais et gambiens, des acteurs étrangers (venant surtout de l’Inde et de la Chine) et également la population locale.
Car, il faut noter que le bois exploité illégalement n’est pas entièrement destiné à l’exportation. Une grande partie approvisionne également les marchés locaux, tant en Gambie qu’au Sénégal.

Après le Nigeria, la Gambie est le deuxième pays d’Afrique de l’Ouest exportateur de bois vers la Chine. Entre 2010 et 2015, le montant de ses exportations de bois de rose vers la Chine était estimé à 238,5 millions de dollars. Ce qui représente une somme considérable, surtout au regard de la disparition presque totale de la forêt gambienne. Ceci semble indiquer que la majeure partie du bois exporté vers la Chine viendrait de Casamance.
Bois saisit par les agents des eaux et forêts
Il est aujourd’hui plus qu’urgent que l'État du Sénégal réagisse face à cette exploitation clandestine des ressources forestières de la Casamance.
Les populations locales doivent être associées aux actions de l’Etat, pour qu’ensemble, ils viennent à bout de l’abattage illégal et du trafic de bois dans cette zone du pays.

La Rédaction

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here