Après l’hydroélectricité, le fonds d’investissement Africa50 intéressé par le gaz et le secteur aéroportuaire au Cameroun - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Après l’hydroélectricité, le fonds d’investissement Africa50 intéressé par le gaz et le secteur aéroportuaire au Cameroun

Partager

Après l’hydroélectricité, le fonds d’investissement Africa50 intéressé par le gaz et le secteur aéroportuaire au Cameroun


En marge du 2e Forum pour l’investissement en Afrique organisé par la Banque africaine de développement (BAD), du 11 au 13 novembre à Johannesburg (Afrique du Sud), Alain Ebobissé (photo), le directeur général du fonds d’investissement Africa50, a déclaré qu’après le secteur hydroélectrique, l’organisation qu’il dirige nourrit de nouvelles ambitions pour le Cameroun.

« Nous avons de l’appétit pour investir plus au Cameroun dans divers secteurs. J’ai parlé aux autorités camerounaises, d’ailleurs sur instruction du président de la République [Paul Biya]. Regardez un peu le secteur aéroportuaire : c’est un secteur qui nous intéresse », a déclaré M. Ebobissé.

Le responsable d’Africa50 a également ajouté : « Le Cameroun a beaucoup de gaz ; j’ai évoqué l’idée avec les autorités d’essayer de gazéifier un peu plus l’économie camerounaise, parce que le gaz est une énergie de transition. On a l’ambition d’investir au Cameroun dès lors qu’il y a des projets acceptables pour nous ».

Africa50 est une plateforme d’investissement dans les infrastructures lancée en 2014 par la Banque africaine de développement et 28 États africains, avec un capital initial de 830 millions de dollars (près de 490 milliards de FCFA). Au Cameroun, cette plateforme est déjà partie prenante du projet de construction du barrage de Nachtigal (420 MW), situé à 65 km au nord-est de Yaoundé, la capitale camerounaise.

La mise en service de la première turbine de Nachtigal est prévue vers septembre 2022, et celle de l’ensemble de l’ouvrage vers fin 2023. La centrale produira plus de 2 900 GWh/an. Coût de l’investissement : 786 milliards de FCFA. Ces ressources ont été levées sous la forme d’un partenariat public-privé avec la participation aux côtés de l’État du Cameroun, de partenaires techniques et financiers de réputation internationale : Électricité de France (EDF), Société financière internationale (SFI), Africa50 et STOA Infra & Energy.

A.G.M
Source

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here