Produits agricoles : comment le Cameroun peut exporter vers les USA - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Produits agricoles : comment le Cameroun peut exporter vers les USA

Partager

Produits agricoles : comment le Cameroun peut exporter vers les USA

Le Cameroun doit améliorer les aspects sanitaires et phytosanitaires selon Peter Henry Barlerin, ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun.

L’Agoa offre la possibilité d’exporter vers les USA en franchise de droits pour 6400 produits environs. Malheureusement, le Cameroun ne profite pas assez de ces facilités offertes. L’illustration avec des produits agricoles, notamment des fruits qui sont refoulés aux frontières américaines.

Si ces produits sont rejetés, c’est à cause du non-respect  des normes de qualité prescrites dans le cadre de cet accord. Egalement, parce   que «les mesures sanitaires, phytosanitaires sont assez strictes pour faire entrer ces produits aux USA », explique Peter Henry Barlerin. C’est l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun. Il s’exprimait à l’occasion d’une interview accordée au quotidien privé Le Messager.

 Les aspects sanitaires et phytosanitaires

Pour inverser la tendance, le Cameroun se doit de s’améliorer à tous les niveaux. En particulier, les aspects sanitaires et phytosanitaires en vue des exportations. C’est le cas de la Namibie. Elle voulait exporter de la viande de bœuf aux USA. Cela leur a pris 15 ans de préparation et finalement, ils ont réussi à force d’être patients et travailleurs.

L’exemple Sud-africain

Par ailleurs, certains pays comme l’Afrique du sud, l’Ethiopie, etc. ont pu trouver une niche pour exporter leurs produits. C’est pour cela que les Etats-Unis ont un bureau à Accra au Ghana, rattaché à l’Usaid. Il essaye de dynamiser les secteurs porteurs et prometteurs pour les pays comme le Cameroun. Lequel n’a pas beaucoup profité de l’Agoa en dehors du pétrole.

«  Nous avons, avec les experts du département d’agriculture américain qui travaillent à Dakar. Ils viennent de temps en temps au Cameroun, organiser des séminaires sur comment améliorer les aspects sanitaires et phytosanitaires. Avec beaucoup d’attention, on va y arriver », confie le diplomate américain.

Avec Agoa la conditionnalité concerne le domaine du respect des droits et de l’espace politique. A ce sujet, Peter Henry Barlerin estime que le Cameroun doit faire mieux.  « Ces considérations politiques ont des incidences négatives sur les affaires et singulièrement les exportations.Nous sommes en pourparlers avec les ministres du Commerce… pour travailler à trouver des solutions », conclut-il.


A.G.M
Source 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here