Les villes africaines en plein essor font face à une grave pénurie de toilettes - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Les villes africaines en plein essor font face à une grave pénurie de toilettes

Partager

Les villes africaines en plein essor font face à une grave pénurie de toilettes alors que des installations publiques vieilles de plusieurs décennies s'effondrent sous la pression d'une population croissante 


  • L'assainissement souffre alors que l'Afrique est confrontée à un boom démographique sans précédent
  • Des installations publiques vieilles de plusieurs décennies ont du mal à suivre le rythme du gaspillage humain dans les villes
  • Il n’ya pas de toilettes publiques pour quelque 1 200 personnes à Kampala, en Ouganda.
Les nuages ​​qui s'assombrissent sont inquiétants pour beaucoup dans ce quartier urbain, ce qui promet des eaux de pluie précipitées empestant les déchets humains des fosses septiques débordantes.

Alors que l'Afrique connaît un boom démographique sans précédent dans le monde, des millions de personnes se déplacent vers des villes en forte croissance alors que des installations publiques vieilles de plusieurs décennies s'effondrent sous la pression.

Les eaux usées constituent un fléau pour les habitants de cette communauté située à la périphérie de la capitale ougandaise, Kampala. Il n’ya pas de toilettes publiques pour quelque 1 200 personnes. Une boue teintée de matières fécales pénètre dans les maisons lors de fortes pluies.

Des latrines vides de l'autorité de la capitale de Kampala à Makindye Lukuli, en Ouganda
La crise de l'assainissement fait écho à celle des villes du monde en développement. Quelque 2,5 milliards de personnes, la plupart en Afrique ou en Asie, n’ont pas accès à des toilettes adéquates, selon les chiffres de l’ONU. Les gouvernements comptent de plus en plus sur des entreprises privées et des groupes philanthropiques pour aider à gérer les déchets humains dans des villes qui n’avaient jamais été planifiées pour traiter autant de personnes.

Des installations d'assainissement vieilles de plusieurs décennies s'effondrent sous la pression
Kampala, une des villes dont la croissance est la plus rapide au monde, compte au moins 1,5 million d'habitants, mais les autorités affirment que plus de 3 millions d'entre elles y passent chaque jour, généralement pour le travail. Pourtant, il y a moins de 800 toilettes payantes et seulement 14 gratuites, beaucoup d'entre elles étant délabrées par des murs souvent tachés d'excréments.

Beaucoup de gens se précipitent dans les centres commerciaux pour se soulager. Même dans les bâtiments des agences gouvernementales, les toilettes sont souvent gardées sous clé, apparemment pour décourager les intrus.

Le système d'égout urbain de Kampala couvre moins de 10% de la population, ont annoncé les autorités. Lorsque les latrines à fosse et les fosses septiques ne sont pas construites de manière sûre, elles posent un risque grave pour la santé. Ils déversent des déchets fécaux qui contaminent les marais et le lac Victoria, la principale source d’eau de la ville, en particulier pendant la saison des pluies. 

Des ouvriers de la capitale de Kampala enlèvent les ordures dans le cadre d'une campagne visant à encourager les habitants à maintenir la propreté de leur quartier dans la région de Makindye Lukuli à Kampala, en Ouganda
Angelo Kwitonda, ingénieur spécialiste des eaux usées au gouvernement, a déclaré: «Moins de 50% des boues de vidange générées à Kampala parviennent en toute sécurité à une usine de traitement des déchets. Le reste du volume est conservé dans nos maisons.

Les épidémies de choléra et d'autres maladies d'origine hydrique sont courantes. L'assainissement de mauvaise qualité coûte à l'Ouganda 177 millions de dollars par an en pertes économiques liées au traitement des maladies et à la perte de productivité lorsque les personnes recherchent des endroits pour se soulager, selon un rapport de la Banque mondiale en 2012. Quelque 650 000 toilettes doivent être construits pour éviter la défécation à l'air libre, a-t-il déclaré.

Les épidémies de choléra et d'autres maladies d'origine hydrique sont courantes
Cela pourrait empirer. Selon un rapport de 2017 de la Banque mondiale, les zones urbaines africaines comptent 472 millions d'habitants, chiffre qui devrait doubler au cours des 25 prochaines années.
"Le problème de l'assainissement est très important, nous avons donc dû définir des priorités", a déclaré Najib Bateganya, responsable de l'assainissement à Kampala, qui a déclaré que les autorités se sont d'abord concentrées sur l'amélioration de l'assainissement dans les écoles publiques.

Ajout: "Le prochain modèle va se concentrer sur l'entrepreneuriat, les toilettes en tant qu'entreprise". 
Les autorités de Kampala n’ont pas construit de toilettes publiques depuis des années, bien qu’il soit prévu de mettre en place 200 toilettes d’ici 2025 avec le soutien de donateurs tels que l’agence allemande de développement GIZ.

Des entreprises privées ont essayé des solutions dans des quartiers pauvres et surpeuplés tels que Makindye-Lukuli, où les ordures s'accumulent autour des maisons au toit de tôle.
Un programme d'assainissement soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates est axé sur le vidage des fosses septiques dans les ménages difficilement accessibles par des camions aspirateurs, qui fonctionnent de manière privée.

À l'aide d'un outil ressemblant à une seringue géante, des hommes en costume de sécurité pompent les déchets fécaux dans des fûts qui sont vidés dans un réservoir amovible, moyennant une fraction des 50 dollars environ qui seraient versés à un chauffeur de camion aspirateur.

"Chaque fois qu'il pleut, les endroits impurs souffrent de choléra, nous devons donc être vigilants", a déclaré le président du village, Stephen Semanda, qui encourage les habitants à se faire connaître dans le cadre du nouveau système. Les résidents reçoivent un bâton d'un mètre de long qu'ils plongent dans leurs toilettes.

S'il y a quoi que ce soit dessus, cela signifie que les toilettes sont maintenant nocives pour vous », a-t-il déclaré. C'est à ce moment-là qu'un soi-disant «gulper» devrait être appelé à pomper.
Près de deux douzaines de groupes opérant à Kampala fournissent maintenant les services d'absorption, a déclaré Winnie Kemirembe de l'Association des Gulpers d'Ouganda.

"Keep Kampala Clean " se lit sur le côté d'un camion poubelle dans le cadre de la campagne pour la propreté de la capitale  de Kampala
«C’est une bonne affaire», a-t-elle déclaré après avoir supervisé le pompage des eaux usées non traitées d’une latrine puante.

Des innovations similaires sont expérimentées ailleurs en Afrique. Au Burkina Faso, pays d'Afrique de l'Ouest où la défécation à l'air libre est la norme dans de nombreux villages, le groupe WaterAid encourage une initiative de collecte de fonds dans le cadre de laquelle des résidents de premier plan consacrent leur propre argent à la construction de toilettes publiques.

Au Sénégal, dont la capitale Dakar est exposée aux inondations, des groupes d'aide ont aidé à construire des toilettes qui éliminent les déchets sur place, en les transformant en compost et en source d'énergie renouvelable, a déclaré Yacine Djibo de SpeakUpAfrica, un groupe basé au Sénégal, dont le travail comprend le plaidoyer. pour un meilleur assainissement sur le continent.

D'autres entrepreneurs africains du secteur de l'assainissement développent actuellement des modèles de toilettes qui pourraient ne coûter que 5 centimes par jour d'utilisation, ce qui constitue une amélioration par rapport à la pratique traditionnelle consistant à faire payer les utilisateurs chaque fois qu'ils entrent.

Joel Ssimbwa, un homme d'affaires ougandais qui exploite des toilettes privées à Kampala, a déclaré qu'il travaillait avec les dirigeants de la communauté dans les zones très peuplées pour lancer une franchise qui permettrait à toute une famille de "payer une fois pour une journée et pour plusieurs utilisations".

Pourtant, même cet arrangement pourrait ne pas être abordable pour les habitants les plus pauvres de la ville, a déclaré Semanda, le chef du village.

Un après-midi récent, il a pointé du doigt une colline voisine où des toilettes publiques bon marché resteraient trop chères pour ceux qui restent à l'extérieur, dans l'espoir d'une entrée gratuite.
«Moins cher, mieux c'est, dit-il.

Traduit par A.G.M
Source: dailymail.co.uk

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here