Ebola en RDC, une urgence mondiale - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Ebola en RDC, une urgence mondiale

Partager

Ebola en RDC, une urgence mondiale

Selon le quotidien die tageszeitung, c'est presque un miracle que l'épidémie ne se soit pas propagée au reste du Congo et aux pays voisins.
La capitale du Nord-Kivu est située à quelques kilomètres du Rwanda. Des milliers de commerçants et de voyageurs traversent quotidiennement la frontière.

Si le virus venait à se répandre à Goma, il est probable que les autorités rwandaises fermeraient leur frontière pour des raisons de sécurité, estime la taz.
Le journal rappelle par ailleurs qu'outre le vaccin, c'est la première fois, au niveau mondial, que des traitements sont utilisés pour empêcher le virus de se propager dans l'organisme.

Encore faut-il que le médicament soit administré rapidement après l'infection, ce qui n'a pas été le cas pour le pasteur de Butembo qui a apporté la maladie à Goma.
L'épidémie d'Ebola en RDC est la plus meurtrière depuis l'apparition du fléau en 2014 en Afrique de l'Ouest, rappelle la taz.

Plus de 2500 personnes ont été infectées depuis 2018, environ 1680 ont succombé, renchérit le Handelsblatt, qui juge que "la fin de l'épidémie n'est pas en vue".
L'Organisation mondiale de la Santé estime désormais que le risque est "réel" de voir la maladie se propager aux pays de la sous-région : l'Ouganda, où un cas a été recensé, mais aussi le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie.

Elle a décidé d'élever Ebola au niveau d'urgence de santé mondiale pour permettre le déblocage rapide de fonds internationaux et pouvoir mettre en place des quarantaines et des avertissements aux voyageurs.

Le trafic aérien à destination et en provenance du Congo pourrait être suspendu, ce qui aurait des répercussions sur les itinéraires et sur le tourisme en Afrique. La Tanzanie, en particulier, tire d'importants revenus du tourisme.

Après l'épidémie d'Ebola qui a frappé l'Afrique de l'Ouest en 2014, poursuit le Handelsblatt, l'OMS a été plus rapide à réagir en RDC. Elle est depuis le début de l'épidémie en août 2018 au premier plan dans la riposte avec des centaines d'experts déployés.

Mais la violence dans le nord-est du Congo entrave le succès de la riposte. Sans les nombreuses attaques contre les centres de santé, l'épidémie serait vaincue depuis longtemps, estime le Sénégalais Ibrahima Socé Fall, directeur général adjoint de l'OMS pour les urgences globales, dans une interview accordée au Handelsblatt.



Par Anne Le Touzé
Source : www.dw.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here