L’Algérie vers une coopération avec le Canada pour relancer l’agriculture contractuelle - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

L’Algérie vers une coopération avec le Canada pour relancer l’agriculture contractuelle

Partager






Chaque année, l’Algérie voit sa dépendance alimentaire augmenter. En cause : la facture élevée des importations alimentaires. Ceci dû à deux facteurs majeurs à savoir une demande sans cesse croissante des produits agricoles et l’incapacité de la production nationale à satisfaire cette demande.


Le million d’exploitant agricole est majoritairement constitué de petits exploitants qui pratiquent encore une agriculture pluviale extensive ou semi-intensive. Malgré les multiples aides publiques engagées depuis le début des années 2000 pour soutenir l’investissement des fermes, n’ont pas eu les résultats escomptés. C’est-à-dire contribuer de manière significative à l’amélioration de la productivité des petits exploitants agricoles. A cela s’ajoute l’insuffisance des politiques à faciliter l’intégration sur le marché de ces producteurs.


L’Algérie au fil des années a développé l’agriculture contractuelle qui s’affirme comme une alternative sérieuse. C’est dans cette optique l’Algérie s’est tourné vers le Canada, pays leader dans ce domaine. L’objectif principal de cette initiative étant de sécuriser l’approvisionnement d’unités spécialisées dans les produits agricoles. Il est également question d’une part d’explorer les effets de l’agriculture contractuelle, récemment introduite dans les filières lait, tomate industrielle et les grandes cultures sur les petites et moyennes exploitations en Algérie. D’autre part, ce projet vise une progression des recettes de cultures et de la valeur nette de l’exploitation agricole, une baisse des dépenses d’exploitation des fermes, etc. On note que l’agriculture contractuelle se positionne en indicateur des nouvelles exigences des consommateurs pour l’environnement et la responsabilité sociale dans l’agriculture Algérienne.


Selon le Pr Daoudi Chef du projet «la subvention généralisée pour tous a atteint ses objectifs et ses limites, et le passage à une deuxième génération de mécanismes d’incitation est nécessaire». L’objectif est de «provoquer ou accompagner la transition vers une agriculture contractuelle plus tournée vers l’amélioration des performances productives et économiques des acteurs».




Publié par A.G.M




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here