POLLUTION DE L’AIR, LE NIGER ATTEINT LE SEUIL CRITIQUE DE PM2, 5 PAR M3 ET SE CLASSE PREMIER AU NIVEAU AFRICAIN - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

POLLUTION DE L’AIR, LE NIGER ATTEINT LE SEUIL CRITIQUE DE PM2, 5 PAR M3 ET SE CLASSE PREMIER AU NIVEAU AFRICAIN

Partager

POLLUTION DE L’AIR, LE NIGER ATTEINT LE SEUIL CRITIQUE DE PM2, 5 PAR M3 ET SE CLASSE PREMIER AU NIVEAU AFRICAIN



AGM-Niamey    Alors que l’OMS (organisation mondiale de la santé) recommande 1O microgrammes de particules fines, le Niger a atteint cette année le seuil de 81,1 microgrammes de particules fines (PM2, 5) par m3. Il est classé premier à l’échelle africain de la pollution atmosphérique selon le rapport «  state of global air 2020 ». Dans ce pays de l’Afrique de l’ouest, l’air à en effet une concentration de pollution qui dépasse huit fois les exigences de l’OMS. Une situation qui porte atteinte à la santé humaine et environnementale.


Cette information, publiée  le 16 novembre dernier par Heath effets Institute ont bien montré que ces chiffres sont contenus dans l’étude intitulé «State of Global Air 2020». Mais les recherches se sont basé sur les données des moniteurs au sol et sur les informations délivrées par les satellites de télédétection, afin destimer les concentrations moyennes en PM2, 5 de lair dans chaque pays du monde.


Ayant une fois atteint le niveau de pollution atmosphérique le plus élevé en Afrique en 2017 dans le classement du magazines français « sciences et avenir », le Niger revient cette année encore avec le seuil critique de 81,1 microgrammes de particules fines (PM2, 5) par m3. Elle est causée entre autres par  des facteurs naturels comme la poussière ou le sable et est aussi liée à des activités humaines, comme la circulation automobile, l’industrie, l’usage du bois-énergie pour l’éclairage et la cuisson.


Le rapport indique que la situation atmosphérique du Niger inquiète les scientifiques en raison des conséquences qui peuvent en découler sur le plan sanitaire qu’environnemental.


Sur le plan sanitaire, elle est source de beaucoup de maladies liées au sang, aux poumons, etc., mais aussi cause de mortalité pour les nourrissons nés en Afrique subsaharien et en Asie du sud. Ces localités ont les taux les plus élevés de décès néonatals imputables à la pollution atmosphérique, soit 9000 à 13100 pour 100000 naissances vivantes».


Sur le plan environnemental, elle engendre de graves conséquences sur les plantes et favorise aussi la formation des pluies acides qui modifient la quantité de produits chimiques présents dans les sols et leau douce.


Dans ce rapport qui montre que le Niger est donc le pays africain le plus pollué en air, il indique également que le Nigeria occupe la deuxième place avec une concentration de de PM2,5 de l’ordre de 70,4 microgrammes par m3

 

 

 

Amélia DACOSTA

AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here